La place bancaire de Genève compte désormais six établissements originaires du Moyen-Orient arabe. A l'Arab Bank, Bankmed, Banque Audi, Blom Bank, et Faisal Private Bank s'ajoute désormais la National Bank of Abu Dhabi (NBAD). Cette dernière s'est présentée mercredi après avoir obtenu sa licence bancaire le 10 mai dernier (L T du 15.05.07).

Issue d'un établissement pesant près de 11 milliards de francs en bourse d'Abou Dhabi, la filiale suisse de NBAD vise trois segments d'activités: la gestion de fortune dans un premier temps, le financement du négoce et même le crédit hypothécaire par la suite.

«Nous visons le cap du milliard de francs de gestion de fortune privée comme première étape, peut être cette année encore», a affirmé son directeur général Khaled Suleiman. Les vacances d'été seront propices pour démarcher les riches clients du Golfe en villégiature à Genève.

La banque démarre de zéro à tous points de vue dans ce segment, même si elle gère déjà pour 31 milliards de dollars d'actifs institutionnels. Elle se trouve donc largement dépourvue d'expérience propre. C'est pour combler cette lacune qu'elle est allée chercher Khaled Suleiman, un ancien de la banque Piguet et de HSBC.

NBAD Private Bank (Suisse) SA a obtenu sa licence bancaire pour les activités de gestion de fortune en un peu plus de trois mois, ce qui est plutôt rapide. Elle a mis les arguments de son côté: le capital s'élève à 100 millions de francs. Le directeur adjoint, Urs Ruppli, est un ancien de l'UBP et le responsable du risque, Simon Durrance, arrive tout droit d'Ernst & Young. Les effectifs comptent 12 personnes, qui pourraient être portés à 25 d'ici à deux ans. L'informatique et le back-office sont sous-traités à une société tessinoise.

La Commission fédérale des banques doit encore se prononcer sur les procédures de financement de négoce de la NBAD, un examen que cette dernière espère passer avant la fin de l'année.