Les plus grandes victimes du Covid-19 sont les 2 milliards d’êtres humains qui travaillent dans des entreprises qui n’ont pas les qualifications requises pour constituer un capital ou emprunter de l’argent. Ils forment ce que l’on connaît sous le nom d’économie informelle, selon l’Organisation internationale du travail (OIT) à Genève. Ces travailleurs informels ont perdu 60% de leurs revenus au cours du premier mois de la crise et sans «épargne ni accès au crédit… ils vont tout simplement périr».

Lire aussi: Covid-19, épreuve de vérité pour l’Etat providence