Le Temps: D'où tirez-vous vos informations?

Armando Guglielmetti: Je les reçois de quelques informateurs installés sur la place financière. Le marché suisse est caractérisé par un sérieux manque de transparence. Les banques ne communiquent pas leurs opérations et l'information financière est dominée par une seule agence d'informations financières et boursières. Pourtant, l'investisseur devrait savoir qui achète quoi, pourquoi et pour combien. Ces informations ne sont malheureusement pas disponibles.

- Vérifiez-vous les informations qui vous parviennent?

- Toujours. Je fais un travail de journaliste, même si je publie sur Internet et non pas sur le papier. J'effectue mon travail d'information de manière intègre. Je ne négocie pas de titres pour moi-même. Si je le faisais, je fermerais immédiatement mon site.

- Subissez-vous des pressions de la part des entreprises dont vous parlez?

- Cela ne m'est arrivé qu'une seule fois, de la part d'une compagnie d'assurances, qui m'a reproché d'avoir fait état d'une information supposée confidentielle. Cela ne l'a pas empêchée de la publier elle-même deux mois plus tard.

- Quel sentiment vous anime lorsque vos informations font bouger le marché?

- Cela m'amuse. Mais ça n'arrive malheureusement pas tous les jours!