Court-circuit

Ne soyons pas naïfs face à Netflix

OPINION. Une entreprise forte de 109 millions de clients possède des bases de données aussi gigantesques que précieuses

C’est une affaire qui aurait pu nuire à la réputation de Netflix. Mais au final, le mini-scandale qui a éclaté il y a quelques jours pourrait profiter au plus grand diffuseur de films et séries du monde. Le 10 décembre, le community manager de Netflix publiait ce message sur Twitter: «Aux 53 personnes qui ont regardé «A Christmas Prince» quotidiennement depuis dix-huit jours: qui vous maltraite?» Le message a été reçu par les 4,3 millions d’abonnés au compte Twitter de Netflix et a été retwitté 115 000 fois.

Immédiatement, des messages offusqués ont été publiés. Quoi, Netflix connaît à ce point nos habitudes de consommation? Oui, une entreprise forte de 109 millions de clients possède des bases de données aussi gigantesques que précieuses. Et comme Facebook, Spotify ou AirBnb, Netflix aurait tort de se priver d’informations aussi utiles. Bienvenue au XXIe siècle, où les données de ses clients numériques valent de l’or.

Il semble évident que les analystes de Netflix ne s’intéressent pas au profil précis de certains clients et que ces données sont anonymisées. Mais ce tweet montre comment la multinationale peut les exploiter de manière extrêmement fine pour augmenter encore la consommation de ses clients.

Publicité