En dépit de la cherté du franc, Nestlé continue d’investir en Suisse. Sa filiale Nespresso va construire son troisième centre de production dans le pays, à Romont, dans le canton de Fribourg. Avec cette nouvelle infrastructure, «Nespresso sera en mesure de répondre dans les années à venir à la demande croissante des consommateurs pour son café en capsule», ont annoncé jeudi la Promotion économique fribourgeoise et la multinationale veveysanne.

Les travaux devraient débuter cette année encore et le centre de production pourrait être opérationnel d’ici à la fin du premier semestre 2015. L’investissement se monte à 300 millions de francs et la multinationale prévoit la création de 400 emplois à terme. Ce projet a été officialisé jeudi en fin de matinée lors d’une conférence de presse, qui s’est tenue dans les locaux de la Direction cantonale de l’économie et de l’emploi.

2000 personnes en Suisse

Nespresso confirme ainsi son attachement à la Suisse, malgré la force de la devise nationale. Certains observateurs estimaient que la prochaine usine de Nespresso serait construite à l’étranger, là où la croissance de la société s’avère la plus forte. La filiale du numéro un mondial de l’alimentation, qui a généré des ventes d’environ 3,5 milliards de francs en 2012, dispose déjà d’usines à Orbe et à Avenches.

Le site fribourgeois choisi dans la zone industrielle «En Raboud» se trouve à proximité immédiate de la ligne de chemin de fer Berne-Fribourg-Lausanne. Selon une source proche du dossier, Romont était en concurrence avec plusieurs autres endroits dans le pays.

«La décision de Nespresso d’investir ici [dans le canton de Fribourg] souligne une fois de plus l’engagement de Nestlé envers la Suisse», a dit Eugenio Simioni, directeur général de Nestlé Suisse. «Elle confirme également la confiance à long terme que place Nestlé dans la place industrielle suisse.» Le fabricant de dosettes de café haut de gamme emploie actuellement plus de 2000 collaborateurs en Suisse.

Extension prévue

Cette nouvelle, qualifiée de «fantastique» par le conseiller d’Etat fribourgeois Beat Vonlanthen, pourrait en amener une autre. En effet, Nespresso considère déjà une potentielle extension dans un deuxième temps à Romont.

Le canton de Fribourg semble pour l’heure bien loin des déboires rencontrés par Genève, avec en toile de fond le projet de fermeture de Merck Serono. Ce vendredi à Bulle, l’entreprise UCB Farchim donnera le premier coup de pioche à son nouveau site, qui sera l’une des plus grandes usines de biotechnologies d’Europe. Là, il s’agit d’un investissement de plus de 300 millions de francs. Avec, à terme, la création de 120 emplois.