Le groupe Nestlé a annoncé, jeudi, un bénéfice net consolidé de 4,005 milliards de francs suisses en 1997, en hausse de 17,8% par rapport aux 3,4 milliards réalisée en 1996. Les analystes avaient prévu 18%. Pour Jean-Pierre Buchs, analyste à l'Union Bancaire Privée (UBP), ce bon résultat confirme la stratégie de la multinationale de Vevey. Pierre Tissot, analyste chez Lombard Odier & Cie, visait un bénéfice net de 4,032 milliards.

Le bénéfice net par action du groupe a également augmenté de 17,8%. Par ailleurs, le résultat d'exploitation passe de 5,862 à 6,880 milliards de francs d'une année à l'autre. Ce qui équivaut à une hausse de la marge d'exploitation de 9,7 à 9,8%. La progression du bénéfice net reflète aussi une amélioration de la marge bénéficiaire de 5,6 à 5,7%. Le dividende devrait passer de 30 à 35 francs par action. En janvier, Nestlé avait annoncé une progression de son chiffre d'affaires de 15,7% à 69,998 milliards pour 1997.

Les principales interrogations portent sur les futurs objectifs de croissance, ainsi que la situation de la multinationale en Asie et au Brésil, estime Pierre Tissot. Alors que la croissance réelle interne de Nestlé s'est élevée à 3,2%, le groupe a affiché sa volonté de dégager pour 1998 une croissance réelle de 4%. Un taux que l'analyste de la banque privée genevoise qualifie, dans le contexte actuel, d'ambitieux. En effet, même si l'Asie ne représente que 5% des ventes du groupe les répercussions de la crise asiatique vont déborder sur d'autres pays. Quant au Brésil, l'austérité pèse sur les résultats. Mais la bonne tenue du Mexique «compense la donne» estime Jean-Pierre Buchs. Pourtant, les avis divergent quant à l'appréciation à donner au titre. Si Nestlé est à l'achat à l'UBP, le titre a en revanche une cotation neutre chez Lombard Odier & Cie, qui lui préfère Danone.

D'ailleurs, jeudi le titre Nestlé a perdu 37 francs à 2788 (–1,31%) après être descendu en cours de séance à 2730. Pour Pierre Tissot, des prises de bénéfice ont été manifestement prises. Il faut dire que le titre avait enregistré jusqu'à mercredi une progression de 29% depuis le début de l'année. Nettement mieux par rapport au marché qui a progressé de 19%. Mais quand même moins par rapport à Danone qui s'est apprécié de 35%. Reste que, jeudi, plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre la fermeture éventuelle du site de production de Nestlé à Kappeln (Allemagne), qui emploie 190 personnes.