Nestlé vend une partie de sa participation dans l’Oréal pour 8,9 milliards d’euros (environ 10,5 milliards de francs) au groupe de cosmétique français, selon un communiqué envoyé dans la nuit de mardi à mercredi. En parallèle, Nestlé annonce un nouveau programme de rachat d’actions de 20 milliards de francs. L’opération est saluée par les analystes financiers. Aux alentours de 11h mercredi, l’action Nestlé progressait d’environ 1,5% à 123,68 francs.

Concrètement, Nestlé vend à L’Oréal 22,3 millions d’actions du groupe français à 400 euros la pièce, soit environ 4% des titres. Ce prix est inférieur de 6% au cours de clôture de mardi, mais 3% supérieur à la moyenne des trois derniers mois, selon la Banque cantonale de Zurich. Cette opération fait passer la participation de Nestlé dans L’Oréal de 23,3% fin 2020 à 20,1%, une participation qui vaut actuellement quelque 40 milliards d’euros, soit environ 14% de la valeur de Nestlé.

Nestlé est actionnaire de L’Oréal depuis 1974, dans le cadre d’un partenariat qui visait à protéger le groupe français d’une éventuelle nationalisation. Le géant de Vevey avait vendu des titres L’Oréal en 2014, cédant une participation de 8% pour six milliards d’euros, rappelle Bloomberg. Nestlé affirme rester totalement favorable à la stratégie de L’Oréal et conservera ses deux sièges au conseil d’administration de la société détenue par la famille Bettencourt. Cette dernière verra sa participation passer de 33,3% à 34,7% après cette transaction. Les actions rachetées par L’Oréal seront détruites.

Rachats d’actions pour 20 milliards

«Cette transaction est intelligente, car elle permet à Nestlé d’utiliser tous les leviers possibles pour créer de la valeur pour ses actionnaires, à travers des rachats d’actions ou de possibles acquisitions», relève Jean-Philippe Bertschy. L’analyste spécialisé dans la consommation chez Vontobel relève que l’action L’Oréal a progressé de près de 40% cette année, ce qui a peut-être été un des facteurs déterminants dans la décision de Nestlé de prendre des bénéfices.

Lire aussi: Nestlé rachète des marques de vitamines et compléments alimentaires pour 5,75 milliards de dollars

Le groupe veveysan lancera un nouveau programme de rachat d’actions de 20 milliards de francs en janvier prochain, pour la période 2022-2024. Ce programme sera ajusté si Nestlé effectue une acquisition importante. En octobre, le directeur général Mark Schneider avait affirmé préférer des acquisitions de sociétés de taille moyenne, plus faciles à intégrer, tout en restant ouvert à des transactions de toute taille. La vente de la participation de Nestlé dans L’Oréal fait l’objet de spéculations depuis des années, et en particulier depuis la réorganisation du groupe initiée par Mark Schneider depuis son arrivée en 2017.

Lire aussi: Nestlé éblouit par sa croissance, sans parvenir à améliorer ses marges

Trésor de guerre

Pour Jean-Philippe Bertschy, ces rachats d’action n’ont pas été dictés par le hedge fund Third Point, actionnaire de Nestlé qui avait réclamé de telles mesures dès 2017: «Nestlé écoute l’ensemble de ses actionnaires mais ne va certainement pas se laisser influencer par un seul d’entre eux. La décision du buy-back en 2017 avait été prise bien en amont de l’annonce de Third Point.»

Reste la question de l’avenir, conclut l’analyste financier: «la cession de ces 4% d’actions L’Oréal ouvre-t-elle la voie à une réduction progressive de la participation de Nestlé dans les années prochaines? Difficile à dire, le marché a tellement évolué ces dernières années avec la numérisation et la durabilité que Nestlé pourrait vouloir réaliser une acquisition majeure dans un avenir plus ou moins lointain et, à ce moment-là, le groupe aura été bien inspiré d’avoir gardé un trésor de guerre.»

Lire aussi: Chiens et chats, ces poules aux œufs d’or