Agroalimentaire

Nestlé face à ses déchets en plastique

Greenpeace s’est invité à l’assemblée générale de Nestlé, par la porte cette fois. L'ONG accuse la multinationale de produire un «tsunami de déchets en plastique». Le groupe rétorque que la hausse des déchets a été plus faible que sa croissance

Faut-il interdire les emballages en plastique à usage unique? C’est la question qui s’est invitée jeudi à l’assemblée générale de Nestlé, organisée au Palais de Beaulieu, à Lausanne. La multinationale va-t-elle continuer à «se barricader pour protéger un modèle d’affaires autodestructeur et démodé qui a des conséquences négatives pour nous tous», comme l’a affirmé la directrice de Greenpeace, Jennifer Morgan, devant 1830 actionnaires?

Lire aussi l'interview: Jennifer Morgan: «Le plastique est pire que l’aviation»