La presse officielle chinoise ne se retient pas lorsqu’il s’agit de faire écho à des propos élogieux pour le pays et pour ses dirigeants. Dans un article publié lundi, le journal en ligne China.org donne la parole à Roland Decorvet, directeur de Nestlé Chine, dans le cadre du 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC) qui a lieu ces jours à Pékin. Il dit d’emblée que «la sélection de la nouvelle direction se déroulera de manière paisible et sans surprise». Il ajoute par ailleurs qu’il y a aussi une ressemblance entre la Suisse et la Chine en matière de «négociation pour trouver de manière innovatrice des solutions aux problèmes sociaux».

Le directeur de la multinationale loue le rôle crucial joué par les dirigeants chinois «pour attirer les investisseurs étrangers et pour créer un environnement favorable au développement politique, économique et social de la Chine». China.org cite Roland Decorvet disant que la Chine a trouvé un modèle socialiste adéquat pour son développement au cours des trois dernières décennies. Selon lui, les succès et les expériences de la Chine lui valent le respect du monde.

Comptoir à Shanghai

Interrogé sur la place qu’occupe Nestlé en Chine, le patron suisse se félicite d’abord de la réussite de l’entreprise avant d’exprimer sa confiance quant à l’avenir. Il explique que le groupe adhère à la stratégie de Pékin de compter davantage sur le marché intérieur.

Nestlé a établi les liaisons commerciales dès 1874 avec Hong­kong. La multinationale a ouvert son premier comptoir à Shanghai en 1908. Ce n’est qu’en 1990 qu’elle a inauguré sa première usine de produits laitiers à Shuangcheng, dans la province de Heilongjiang. En 2012, le groupe compte 31 usines, deux centres de recherche et un quartier général, à Shanghai. L’an dernier, les ventes avaient atteint 2,5 milliards de francs. Pas moins de 35 millions de produits sont écoulés chaque jour, dont 90% sont fabriqués sur place. Nestlé distribue aussi des produits en partenariat avec des sociétés locales, dont Hsu Fu Shi (céréales), Totole (bouillons et sauces) et Dashan (eau). Le groupe compte 50 000 salariés dans le pays.

Nestlé se targue aussi de participer au développement rural de la Chine, d’une part en formant 17 000 éleveurs à qui il a acheté 700 000 tonnes de lait en 2011 et, d’autre part, en aidant des caféiculteurs, qui lui ont fourni 10 400 tonnes de fèves en 2011-2012. La Chine constitue un marché à fort potentiel de croissance. Actuellement, un Chinois boit en moyenne trois tasses de café par an, contre 150 pour un Hongkongais ou 400 pour un Japonais.