Comme ses concurrents Unilever, Danone, Kraft Heinz ou Mondelez, Nestlé a augmenté ses prix pour répercuter la flambée des coûts des matières premières, de l’emballage, de la logistique et de l’énergie. Le groupe vaudois a toutefois pu maintenir les volumes, ce qui signifie que les consommateurs sont toujours prêts à payer plus pour les produits Nestlé malgré l’inflation élevée.