Le détail saute aux yeux. Dans les couloirs de Nestlé, les cravates sont devenues rares. «Tous les fayots n’en portent plus», ironise une source interne. La faute à la levée de l’obligation par celui qui est alors, en 2017, le tout nouveau directeur de la multinationale veveysanne: Mark Schneider n’en porte pratiquement jamais.

Sous l’impulsion du Germano-Américain de 54 ans, la multinationale a changé de style. Elle a transformé près de 10% de son portefeuille. Elle a finalisé des transactions pour un montant total de 14 milliards de francs l’an passé. En trois ans, elle a distribué plus de 20 milliards de francs à ses actionnaires et amené les premiers «gilets jaunes» sur les rives de Vevey. Et malgré son poids – plus de 90 milliards de revenus, 308 000 collaborateurs dans 190 pays – le géant paraît plus mobile que jamais.