Alimentation

Nestlé veut miser sur ses eaux locales

Affectée par une concurrence accrue et confrontée aux défis environnementaux, la multinationale vaudoise réorganise ses activités d’eau en bouteille. Celles-ci seront développées selon une approche régionale

Le but? Réveiller l’eau qui dort. Le jeu de mots est facile, mais c’est bien pour redynamiser ses ventes stagnantes d’eau en bouteille que Nestlé décentralise la gestion de ses activités: la multinationale veveysanne a décidé dès janvier d’intégrer Nestlé Waters à ses trois autres divisons organisées par région, a-t-elle déclaré jeudi en marge de l’annonce des chiffres trimestriels. «Après avoir conduit nos marques, San Pellegrino ou Perrier entre autres, à une renommée internationale, il nous faut désormais réagir au niveau local, face à la concurrence», a justifié l’administrateur délégué du groupe, Mark Schneider, lors d’une téléconférence.

Dans le détail, une nouvelle unité d’affaires stratégique consacrée aux eaux pilotera leur commercialisation (ventes et marketing), indique Nestlé. Sise à Issy-les-Moulineaux, à l’actuel siège de Nestlé Waters en région parisienne, elle sera rattachée à Patrice Bula, membre de la direction générale et responsable de ces unités stratégiques. Le directeur en poste de Nestlé Waters, Maurizio Patarnello, quittera la direction générale de Nestlé à la fin de l’année. «Il continuera à conseiller la division afin de garantir une transition harmonieuse au sein de la nouvelle structure organisationnelle», ajoute Nestlé.