Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Très appréciée par les hipsters de la côte Ouest américaine, la chaîne de cafés haut de gamme Blue Bottle Coffee rejoint le groupe Nestlé.
© LUCY NICHOLSON

Alimentation

Nestlé vient concurrencer Starbucks

Avec l’acquisition de la chaîne américaine Blue Bottle pour 500 millions de dollars, le groupe de Vevey accélère sa conquête du marché américain du café

Pour Nestlé, la bataille du café passe désormais par la Silicon Valley. Le géant de l’agroalimentaire a officialisé l’acquisition d’une participation majoritaire dans Blue Bottle Coffee, une chaîne de cafés haut de gamme très appréciée par les hipsters de la côte Ouest américaine. Cette opération doit lui permettre de faire coup double: renforcer ses positions aux Etats-Unis et prendre pied sur un marché en forte croissance.

Dans le détail, Nestlé va mettre la main sur 68% du capital de la société californienne, avec une option pour acheter les 32% restants si des objectifs de performance sont atteints. Selon la presse américaine, le groupe de Vevey versera 500 millions de dollars. Blue Bottle conservera son indépendance et son équipe dirigeante.

Financée par Google et le cofondateur de Twitter

Fondée au début des années 2000 à Oakland, en Californie, la chaîne fait partie de la troisième vague du café – qui a pris la suite de la deuxième vague initiée en 1971 par l’américain Starbucks. Ces cafés mettent en avant le côté artisanal et la qualité. Chez Blue Bottle, par exemple, les grains ne sont torréfiés que deux semaines à l'avance. «Il offre l’un des cafés de la plus haute qualité, sans compromis sur le goût, la fraîcheur et la durabilité», assure Nestlé.

A lire aussi: Le nouveau patron de Nestlé doit maintenant faire ses preuves

Profitant de la proximité de la Silicon Valley, Blue Bottle avait levé plus de 120 millions de dollars auprès d’investisseurs, dont la liste ressemble à celle d’une start-up internet. On y retrouve Google, plusieurs fonds de capital-risque réputés de la région et des personnalités du high-tech américain, comme Ev Williams, le cofondateur de Twitter, et Kevin Systrom, le patron d’Instagram.

La société compte 40 cafés, contre 25 il y a un an. Elle prévoit de porter ce total à 55 d’ici à la fin de l’année. Aux Etats-Unis, elle est présente dans la région de San Francisco, à New York, à Los Angeles et à Washington. Elle compte également six cafés à Tokyo. Plus récemment, Blue Bottle a commencé à vendre des paquets de café en grains par abonnement sur Internet et dans certaines grandes surfaces, ainsi que des cafés froids prêts à boire. Son chiffre d’affaires devrait grimper de 70% cette année.

Contre le luxembourgeois JAB

Pour Nestlé, cette opération «souligne la volonté d’investir dans des catégories à forte croissance», explique son patron, Mark Schneider. Arrivé en poste en début d’année, le dirigeant allemand a érigé le marché américain du café au rang de priorité, promettant une croissance rapide sur trois ans. Cette stratégie s’est d’abord illustrée par l’ouverture de nouvelles boutiques Nespresso aux Etats-Unis, avec l’espoir de gagner des parts de marché sur le segment des machines à capsules face à l’américain Keurig.

Lire aussi: Un café sur quatre consommé dans le monde vient de Nestlé

«Blue Bottle nous permet de nous développer sur le marché des bars à café aux Etats-Unis», souligne une porte-parole de Nestlé. Celui-ci aurait atteint 2,9 milliards de dollars et pourrait s’élever à 4 milliards de dollars en 2021, selon les prévisions du cabinet Euromonitor. Le groupe prévoit aussi d’exporter la marque au niveau international, «en s’appuyant sur le succès rencontré au Japon». Et il compte tirer profit des «opportunités de croissance dans les cafés prêts à boire et dans les cafés torréfiés moulus haut de gamme».

Cette opération doit enfin permettre de répondre aux ambitions de la holding luxembourgeoise JAB, qui a racheté Keurig fin 2015 pour 14 milliards de dollars. La société détient aussi la chaîne de cafés Peet's, rivale de Starbucks. Et les enseignes Stumptown et Intelligentsia, concurrentes de Blue Bottle.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)