L'idée était, et reste, originale. En 1986, Richard Santulli, président d'Executive Jet, le plus gros opérateur d'avions d'affaires aux Etats-Unis, décide de lancer un concept d'un genre nouveau: la copropriété. De passage jeudi à Genève, l'homme d'affaires est revenu sur cette «success story» tout en analysant son potentiel en Europe. Sur le point d'acquérir à l'époque son propre avion, le patron d'Executive Jet hésite au vue des coûts générés par l'investissement et l'utilisation restreinte qu'il souhaite en faire. Il propose alors à trois amis l'achat en commun de l'avion en question. Mais au moment d'établir un premier plan d'utilisation, les partenaires découvrent la difficulté de répondre aux exigences de chacun. Six mois plus tard, cet ancien de Goldman Sachs présente son projet de copropriété. A ne pas confondre avec la formule du temps partagé (time-sharing), explique-t-il, qui impose des contraintes de période d'utilisation, la copropriété, vendue par Excutive Jet sous la marque NetJets, permet aux clients d'acheter des parts d'un type d'avion avec des contrats de cinq ans et d'utiliser l'appareil, ou un autre de même type, selon leurs besoins. Le personnel et sa formation, la maintenance, les assurances leur sont facturés en frais de gestion.

Le financier Warren Buffett, président de Berkshire Hathaways, utilise dès 1995 les services de la société avant de réaliser son potentiel. Il est tellement persuadé de la réussite de ce concept qu'il rachète Executive Jet en juillet 1998 pour 725 millions de dollars (1,250 million de francs). Richard Santulli restant le patron de la société. Bien implantée aux Etats-Unis, la compagnie cherche aujourd'hui à séduire l'Europe. Pour ce faire, la filiale européenne de NetJets, basée à Zurich, annonce l'acquisition pour 400 millions de dollars de 25 Cesena Citation Bravo et 25 Cesena Citation Excel portant ainsi à six les types d'appareils proposés sur le Vieux Continent. Aux Etats-Unis, la formule a séduit à la fois des entreprises (General Electric) et des personnalités tel Tiger Woods. Pour les grandes compagnies, l'acquisition en copropriété vient compléter un parc d'appareils déjà existant. Hésitants devant le rapport coût/efficacité, les particuliers font également partie des convaincus. Pour Warren Buffett «le temps a pris aujourd'hui une valeur incroyable». Dans cette perspective, l'aviation d'affaires évite les attentes ou retards et offre une précieuse flexibilité à ses utilisateurs. Souhaitant atteindre le seuil de rentabilité d'ici à 2002 en Europe, Excutive Jet continue de grandir. Au cours des cinq dernières années, ses achats comptent pour environ 40% des commandes de l'industrie dans le secteur.