Le canton de Neuchâtel veut améliorer quantitativement et qualitativement son régime de bourses d’études. Le gouvernement a présenté lundi son avant-projet de loi sur les aides à la formation soumis à consultation du 25 juin au 31 août.

Une entrée en vigueur de cette révision totale est prévue pour la rentrée scolaire d’août 2013, a indiqué la Chancellerie d’Etat. Le Conseil d’Etat entend entre autres relever le plafond des bourses de 13 000 à 24 000 francs par an dans le but d’éviter aux apprenants neuchâtelois de devoir recourir à l’aide sociale pour atteindre le minimum vital.

L’avant-projet remet en cause le système de l’arrosoir actuellement appliqué et entend cibler de manière plus stricte les aides attribuées. Selon le Conseil d’Etat, la proportion actuelle entre le nombre de boursiers et la population totale est élevée dans le canton de Neuchâtel. Il s’agit du 5e taux le plus élevé de Suisse.

Mais les budgets affectés aux aides à la formation sont par contre modestes en comparaison intercantonale. Le montant moyen d’une bourse en 2010 s’élevait dans le canton à 3104 francs, alors qu’il était en moyenne suisse de 6205 francs.

Le Conseil d’Etat considère que dans le contexte budgétaire actuel «ce projet est ambitieux, mais raisonnable». L’avant-projet fait suite à la ratification par le Grand Conseil en novembre 2010 de l’Accord intercantonal sur l’harmonisation des régimes des bourses d’études (Accord CDIP). (ATS)