Sans assouplissement supplémentaire, un drame se prépare dans la gastronomie. En effet 87% des restaurants annoncent une perte, selon un sondage auprès de 3000 entreprises portant sur la première semaine de réouverture et publié par le SonntagsBlick. 

Si 87% des entreprises interrogées ont rouverts, 4% déclarent ne vouloir recevoir des clients qu'après la levée totale des mesures de protection prises par le Conseil fédéral et 9% imaginent rouvrir encore en mai ou en juin.

Toutefois neuf restaurants sur dix font des pertes, plus exactement 87,3%, selon le journal dominical. Durant la première semaine d'exploitation, le chiffre d'affaires n'a pas dépassé 40,6% du montant enregistré avant la fermeture. L'enquête indique que les résultats sont moins préoccupants dans les campagnes qu'en ville. 

A peine 40% du chiffre d'affaires précédent

Casimir Platzer, président de Gastrosuisse, déclare, dans une interview à l'hebdomadaire, que 15 à 20% des établissements ne pourront pas survivre. Il exige «un assouplissement rapide» des mesures de protection dans la branche. Il déplore en particulier l'écart trop grand entre les tables. La distance minimale est limitée à deux mètres: «Nous comprenons ces directives, mais en pratique il est impossible de faire un bénéfice avec ces mesures», avoue-t-il. 

A lire aussi: A Genève, les restaurants sont à la peine

Le sondage révèle aussi que le nombre de places est réduit d'un à deux tiers par rapport à la période d'avant la pandémie. Dans ces conditions, 40% des restaurants ne savent pas s'ils accueilleront encore des clients en juin si les conditions-cadres demeurent inchangées.

Pour Casimir Platzer, le sondage prouve que les restaurateurs «voulaient ouvrir. Ils désiraient montrer que leur objectif n'est pas de faire du bénéfice mais de faire preuve de responsabilité sociale à l'égard des employés et des clients».