Un vent d’espoir souffle pour les internautes, notamment américains. On se souvient que le 14 décembre, la puissante Commission fédérale des communications (FCC) américaine décidait d’abolir la neutralité d’Internet. Nommé par Donald Trump quelques mois plus tôt, le président de la FCC avait réussi à casser ce principe. Résultat: les fournisseurs d’accès sont désormais libres de discriminer du contenu sur leurs réseaux.

Compliquer la vie des fournisseurs d’accès

La semaine passée, en l’espace de deux jours, les gouverneurs du Montana et de l’Etat de New York ont pris des décisions qui vont à l’encontre de celle de la FCC. Ils ont signé des «executive orders» obligeant tous les fournisseurs d’accès actifs sur leur territoire de respecter la neutralité d’Internet. Dans l’Etat de New York, le gouverneur Andrew Cuomo a signé un texte qui s’appliquera à tous les contrats signés ou renouvelés à partir du 1er mars avec des fournisseurs d’accès.

Rien ne dit que ces initiatives feront plier la FCC, qui avait déjà prévu d’annihiler les velléités locales contrecarrant ses plans. Mais ces gouverneurs, sans doute suivis par d’autres ces prochaines semaines, vont en tout cas compliquer la vie des fournisseurs d’accès. Et faire en sorte que le débat sur la neutralité d’Internet se poursuive longtemps encore.