Neuchâtel

Nexans se restructure, une centaine d'emplois sont menacés en Suisse

Les suppressions d'emplois concernent site neuchâtelois du fabricant français de câbles, à Cortaillod. Au niveau mondial, près de 950 postes sont concernés

Le fabricant français de câbles Nexans a annoncé jeudi un projet de restructuration qui «pourrait entraîner la suppression de 939 postes et la création de 296 postes» en Europe. Une centaine d’employés sont menacés en Suisse.

«Les principales conséquences sociales concerneraient l’Allemagne, la France, la Suisse et dans une moindre mesure, la Belgique, la Norvège et l’Italie», a indiqué l’entreprise dans un communiqué.

Processus de consultation engagé

En Suisse, 100 emplois pourraient potentiellement être supprimés sur le site de Cortaillod dans le canton de Neuchâtel, a indiqué à AWP un porte-parole du groupe, soulignant que le processus de consultation avec les syndicats avait été engagé. Au total, Nexans emploie 26 000 dans le monde, dont 9400 en Europe dans le secteur du câble. Le site suisse de Nexans regroupe quant à lui 346 salariés.

La suppression d’environ un quart des effectifs du groupe en Suisse a immédiatement fait réagir. «Avec cette restructuration, un savoir-faire difficilement récupérable disparaît de la place industrielle suisse», s’inquiète Pierre Heger, avocat chez Employés Suisse cité dans un communiqué du syndicat, qui s’engage à collaborer «avec la commission du personnel pour sauvegarder le maximum de places de travail».

«Restaurer durablement sa compétitivité»

«Aujourd’hui, le groupe présente un projet aux employés et à la représentation syndicale visant à alléger la structure de l’entreprise, la rendre plus agile et à restaurer durablement sa compétitivité», commente de son côté le directeur général de Nexans Christopher Guérin, cité dans le communiqué. «Ceci permettra d’ouvrir la voie à un modèle de création de valeur accrue centré sur les services et le développement de solutions innovantes.»

Le syndicat français Force ouvrière avait fait part de son inquiétude la semaine précédente, expliquant dans un communiqué que «des restructurations de ce fleuron industriel sont envisagées en Europe – pour mémoire, 16 sites sont en France – pouvant engendrer des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE), autrement dit des plans sociaux».

Une année difficile

Nexans a connu en 2018 des difficultés importantes dans son activité de haute tension terrestre, ainsi que des reports de projets et une forte hausse du coût des matières premières. Dès l’été dernier, le groupe avait fait savoir qu’il préparait des mesures de relance pour améliorer sa rentabilité.

«Le processus d’information et de consultation qui s’ouvre sera l’occasion d’expliquer et de présenter nos propositions pour atteindre ces objectifs», ajoute Christopher Guérin. Selon le communiqué de Nexans, le projet de restructuration doit notamment mutualiser certaines activités entre pays et «adapter l’implantation industrielle de façon ciblée».

Publicité