L'entreprise Nextrom (ex-Nokia-Maillefer), spécialisée dans les systèmes de fabrication de câbles, tubes et films plastiques, est pessimiste pour l'année en cours. Selon un communiqué de presse, Nextrom Holding SA, basée à Ecublens, s'attend à un résultat net consolidé négatif. L'entreprise poursuit ainsi sa plongée qui a commencé il y a trois ans. C'est la filiale milanaise du groupe, active dans la fabrication de films plastiques, qui pose problème. «Après un bon premier trimestre 1999, la filiale a été confrontée à une diminution importante des carnets de commandes», explique Jouko Virta, vice-président chargé des finances et de l'administration.

La décision de se recentrer sur le marché européen depuis la crise asiatique confronte en effet le groupe à une concurrence vive. Pour relever ce défi, Nextrom a purement et simplement remplacé l'équipe italienne de direction de la filiale milanaise par des Suisses au début de l'année. En parallèle, toujours dans la capitale lombarde, le groupe a supprimé 45 emplois sur 124. Un accord avec les syndicats italiens vient d'ailleurs d'aboutir, précise Jouko Virta. «En revanche, le secteur des tubes plastiques, destinés notamment à des utilisations médicales, se porte très bien», poursuit le vice-président. Ce qui peut conforter l'entreprise dans sa volonté d'accroître la part de la division Plastics dans l'ensemble de ses activités. Enfin, Nextrom s'attend à un résultat positif pour ses activités de systèmes de fabrication de câbles, qui représentent 80% des ventes du groupe.