La voie est désormais libre. La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala peut enfin déménager à Genève et assumer les fonctions de directrice de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Au dernier tour de l’élection le 28 octobre, sa candidature avait émergé comme la mieux placée pour faire l’objet d’un consensus, mais les Etats-Unis de Donald Trump y avaient mis leur véto. L’administration Biden a renversé cette décision le week-end dernier et a apporté son «soutien appuyé» à la candidate africaine. Parallèlement, la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee, qui était restée dans la course, a fait savoir qu’elle renonçait au poste.