Promotion

Nicholas Niggli: «Genève doit pouvoir régater avec la Silicon Valley et Israël»

Le diplomate suisse est le nouvel ambassadeur de l’économie genevoise. A l’issue de ses 100 premiers jours d’activité, il nous livre son programme de transition numérique et de développement économique pour le canton

Genève a choisi Nicholas Niggli pour négocier son tournant économique. Le diplomate suisse de 44 ans doit donner corps à la stratégie économique cantonale 2030, pour embarquer le bout du Léman vers la quatrième révolution industrielle. Une mue censée s’accompagner d’une transition accélérée vers une économie durable.

Pour profiler à l’international l’écosystème genevois et générer les emplois de demain, l’Etat a confié à cet amateur de petite reine, spécialiste du jeu d’échecs et féru d’ethnomusicologie, un tout nouveau dicastère: la Direction générale du développement économique, de la recherche et de l’innovation (DG DERI). $

Une sorte de promotion économique dopée aux hormones du numérique et aux principes du développement responsable. Rencontre avec le nouvel atout du canton, formé au management de crise et aux dynamiques de négociations complexes.

Lire aussi: Thomas Bohn: «Nous attendons un record d’implantations chinoises cette année»

Le Temps: Pourquoi avoir remplacé l’ancien Service genevois de promotion économique (SPEG) par la structure que vous dirigez?
Nicholas Niggli: La création de la DG DERI, qui a pour premier objectif de mettre en œuvre la stratégie économique cantonale 2030, est le résultat d’une prise de conscience. Celle de la nécessité de décloisonner. Nous sommes aujourd’hui en présence d’une économie du savoir, où, pour manipuler l’information, il faut ériger des passerelles entre différents domaines d’activité. Nous ne pouvons plus appréhender la réalité économique en silos. Le XXIe siècle étant celui de la connectivité et de l’interdisciplinarité, aucun acteur individuel ne peut désormais résoudre seul ses problèmes. Nous avons tous besoin d’échanger et de réfléchir collectivement pour espérer répondre aux défis et saisir les opportunités de demain. Il s’agit de porter désormais un regard d’ensemble sur l’écosystème genevois, à l’instar de ce que font avec succès d’autres pays. Cette vision plus aboutie de notre rôle de promotion équivaut à une montée en puissance du SPEG, telle que voulue par le conseiller d’Etat Pierre Maudet.

C’est-à-dire?
Pour avancer, il faut fonctionner en réseau. C’est devenu une priorité absolue. Il ne s’agit pas ici de mieux répartir les parts existantes d’un gâteau, mais d’aboutir à ce que le tout soit supérieur à la somme des parties. Les solutions d’avenir se trouvant toutes à l’intersection des différentes forces qui composent une économie, l’Etat a un rôle moteur à jouer. Il peut encourager les synergies entre les acteurs de l’innovation, les secteurs public et privé, ainsi que les milieux académiques et ceux de la Genève internationale. Dans ce contexte, la DG DERI doit servir de tour de contrôle, en anticipant les évolutions, en prévoyant les dangers, en encourageant les changements de direction et en élaborant des stratégies d’approche. La mission que lui a confiée le conseiller d’Etat Pierre Maudet peut aller jusqu’à identifier les points de chute idoines, donnant au besoin une impulsion supplémentaire pour permettre un atterrissage en douceur.

En quoi êtes-vous l’homme de la situation?
Dans tout effort de coopération transversale, il faut des traducteurs. C’est-à-dire des professionnels qui ont travaillé dans les différents milieux concernés et comprennent les éléments de langage spécifiques à chacun. J’ai eu la chance d’occuper des responsabilités aussi bien au cœur de la Genève internationale que dans la finance institutionnelle, le monde des entreprises, les ONG et l’académie. J’ai en outre pu jouer le rôle d’anthropologue des écosystèmes innovants à la faveur de mes expériences professionnelles en Grande-Bretagne, à Singapour, en Irlande, au Danemark, en Chine ou encore au Canada. Cela étant dit, je suis persuadé que nul ne peut représenter la clé du succès de manière solitaire. J’entends fondamentalement jouer en équipe.

La traditionnelle période des 100 jours depuis votre prise de fonctions est arrivée à son terme. Quelle est votre feuille de route?
Le programme d’action de la DG DERI prévoit de renforcer l’accompagnement des sociétés, en particulier celles qui sont actives dans le commerce de proximité, en ce qui concerne leurs démarches de numérisation. Il vise aussi à soutenir certains partenaires, comme les multinationales prêtes à ouvrir leurs portes à des acteurs naissants. Je suis d’avis qu’il faut donner un coup d’accélérateur aux démarches d’innovation ouverte, jusqu’à ce que ces dernières deviennent systématiques. Nous avons par ailleurs redémarré notre dialogue avec des entreprises volontaires de la place, tous secteurs confondus, pour examiner les besoins d’amélioration des conditions-cadres du canton. Cette démarche est particulièrement importante pour les très nombreuses PME de la place. Pour l’heure, nous sommes dans une phase d’écoute attentive, de recensement et de cartographie de l’écosystème genevois. Ces nombreux échanges sont très riches et visent dans un premier temps à recenser, de manière détaillée, le biotope genevois. Une fois les informations regroupées, nous allons les analyser, les partager et nous en servir dans une perspective d’intelligence économique. De plus, le traitement des données de masse [ndlr: le Big Data], via des algorithmes adossés à une expertise et des interactions humaines renforcées, doit nous permettre de mieux prioriser nos efforts.

Lire aussi: «Genève est à un tournant économique»

Quels sont les atouts du bout du Léman?
L’écosystème cantonal est le produit d’un assemblage subtil. Il exprime la combinaison d’une dizaine de secteurs de pointe [ndlr: finance, négoce des matières premières, sciences de la vie, medtech, chimie, horlogerie, etc.] devenus indissociables. Je suis particulièrement frappé par le dynamisme de nos PME, qui rayonnent dans des domaines très différents. Entre Caran d’Ache, qui fabrique des instruments d’écriture d’exception, Jean Gallay SA, active notamment dans la très haute technologie aéronautique, et les Laiteries réunies de Genève, pour ne prendre que trois exemples, le dénominateur commun est très clairement l’importance accordée à l’innovation, que ce soit au niveau des matériaux, des processus de fabrication, des saveurs ou des produits. Genève est par ailleurs assis sur une mine d’or, avec notamment le potentiel vertigineux que représentent la science des données et la cybersécurité, qui sont entre autres développées dans nos hautes écoles, au CERN et parmi nos entreprises innovantes dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Pouvez-vous énumérer les faiblesses du biotope genevois?
Parmi les carences, on peut citer des lacunes en termes de capacité de financement et l’aversion à la prise de risque. Il y a encore un travail conséquent à effectuer en matière de renforcement de la culture de l’entrepreneuriat et de la formation, sachant qu’il sera peut-être bientôt plus facile pour un jeune de trouver son premier client que son premier employeur.

Genève doit-il s’inspirer d’Israël, qui agit comme un investisseur privé, ou plutôt du gouvernement californien, relativement moins intervenant?
Pour ma part, j’espère surtout voir un jour des délégations de la Silicon Valley et de la Silicon Wadi choisir Genève comme site de pèlerinage. Nous avons déjà presque tous les ingrédients pour régater avec Israël et la Californie. A nous de les mettre en valeur et de les conjuguer pour monter en puissance!

De quels moyens disposez-vous pour mettre en œuvre votre plan de bataille?
Le contexte budgétaire n’est pas favorable. Nous devons faire mieux avec des ressources stables, voire en déclin. Mais ce n’est pas une fatalité. La clé de voûte de notre approche est la mutualisation des énergies. A travers une mise en commun des ressources et le développement de synergies, nous devrions être capables d’intervenir plus efficacement. C’est ce sur quoi je travaille de manière prioritaire.

Le numérique est-il le principal facteur de transformation pour Genève?
Non, à cette déferlante il faut ajouter la montée en puissance de l’économie de la durabilité. La Business and Sustainable Development Commission, qui regroupe des leaders du monde économique et de la société civile, a dernièrement chiffré à hauteur de 12 000 milliards de dollars les nouveaux marchés susceptibles de s’ouvrir, d’ici à 2030, rien que dans les domaines liés au changement climatique et à l’innovation durable. Seules les sociétés capables de mettre ce type d’urgence au cœur de leur modèle d’affaires vont pouvoir tirer leur épingle du jeu en attirant le capital humain et financier nécessaire à leur croissance.

Un fonds genevois pour l’innovation, alimenté via un taux de prélèvement de 13,79%, au lieu de 13,49%, durant les cinq premières années de la IIIe réforme de l’imposition des entreprises (rebaptisée Projet fiscal 2017), serait aussi salutaire…
En l’état des contraintes budgétaires, certainement. Toutefois, le rythme économique n’attend pas la cadence politique des votations à venir. Nous devons avancer sans attendre.

Lire aussi: Les quatre piliers de l’économie genevoise

Quelle est la part de la mise en valeur endogène par rapport à l’effort exogène (attraction de sociétés étrangères à fort potentiel) dans votre approche?
Aujourd’hui, la distinction entre ces deux catégories de promotion ne me semble plus pertinente. Pour décupler la valeur ajoutée d’un écosystème, la seule grille de lecture valable consiste à soutenir les dynamiques existantes, de mettre à niveau celles qui en ont besoin et puiser, le cas échéant, dans des complémentarités externes. En résumé, il faut développer à l’interne tout ce qui peut l’être et soigneusement examiner la pertinence des importations de ce qui manque.

Votre mandat principal est-il de séduire les investisseurs étrangers?
Conformément à la stratégie économique cantonale 2030, la DG DERI est à la fois une vitrine et une caisse de résonance du tissu économique local. Son rôle est de relayer, haut et fort, la valeur de notre marque territoriale. Genève occupe déjà une place de choix sur la carte de l’innovation mondiale. Le savoir-faire est là. Encore faut-il le faire savoir auprès du public, des entreprises et, bien entendu, des investisseurs étrangers. Mettre en évidence la diversité de nos forces, à travers des cas concrets, doit permettre d’attirer l’attention et créer un appel d’air pour des capitaux internationaux.

Comment comptez-vous nourrir votre rapprochement avec Digitalswitzerland?
L’un des mandats phares de la DG DERI est de profiler Genève dans les organisations génératrices d’innovation en Suisse. Nous voulons exploiter cette initiative privée d’envergure inégalée comme levier de croissance interne. Les enjeux du numérique étant sociétaux autant qu’économiques, le secteur public genevois doit jouer un rôle de premier plan sur ces questions.

Quelle fusée prévoyez-vous de faire décoller lors du GE = Ci2, comme s’intitule le premier rendez-vous de l’innovation que vous organisez le 22 novembre prochain?
L’objectif du conseiller d’Etat Pierre Maudet est de lancer une dynamique visant à mettre en orbite les idées genevoises et la créativité du canton, sous toutes ses formes et avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème. GE = Ci2 vise à partager le plus largement possible les modèles d’affaires du futur, les «recettes secrètes» de l’innovation, les opportunités en matière de durabilité, de coopération et de financement. Avec au programme expériences disruptives, panels interactifs, discussions ouvertes, opportunités de networking, experts mondialement reconnus et vision prospective. Nous allons également présenter à cette occasion notre première cartographie de l’innovation locale, afin de clairement illustrer la diversité de notre tissu économique. Ce d’autant plus qu’un public hautement qualifié est attendu lors de cette manifestation.

Lire aussi: Genève affiche ses ambitions pour devenir une cybercapitale mondiale

Pourquoi avoir lancé jeudi dernier des Geneva Digital Talks?
L’objectif est de réunir une expertise économique, diplomatique, juridique et technique liée à la gouvernance d’Internet et à la cybersécurité. Genève, qui abrite déjà environ 50% des activités mondiales touchant au Web, est l’endroit idéal pour permettre aux idées de se confronter. C’est-à-dire favoriser une prise de conscience des enjeux liés à la cybersécurité – au sens large du terme – et faciliter l’émergence de solutions innovantes autour de ce qui existe déjà en matière de réglementation, de ce qui n’est pas suffisamment mis en œuvre et mériterait d’être développé. De manière générale, je suis persuadé que Genève peut, à terme, exporter de nouveaux modèles d’affaires en imaginant les systèmes d’organisation du futur. On le voit par exemple déjà en matière de recherche de solutions concernant les enjeux transfrontaliers liés à l’eau. C’est ici que sont nées des plateformes parmi les plus novatrices, telles que la start-up genevoise Waterpreneurs, impliquant l’ensemble des parties prenantes [ndlr: des chercheurs à l’origine de solutions techniques très pointues, des organisations internationales traitant des défis liés à la gouvernance, des multinationales capables de diffuser des produits à large échelle, des ONG maîtrisant le dernier kilomètre pour atteindre les consommateurs, des investisseurs porteurs de modèles de financement inédits, etc.] concernées par cette problématique. 


Profil

1973 Naissance le 14 juillet à Bâle.

1993 Licence économique de l’Université de Genève. Il étudie ensuite à la Faculté d’Aberdeen (Ecosse) et décroche, avec les honneurs, deux masters en économie et en histoire sociale, ainsi qu’en relations internationales au bout du Léman.

2002 Commence une carrière dans la diplomatie économique suisse. Il officiera notamment dans le cadre de la mission permanente de la Confédération auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

2007 Préside les pourparlers qui conduiront à l’Accord plurilatéral sur les marchés publics. Il est élu, la même année, à la présidence de la caisse de retraite des employés de l’OMC, dont il mène la réforme.

2008 Réalise une médiation entre la Chine et le Taipei chinois dans le cadre de sa présidence de l’Accord relatif aux marchés publics.

2014 Préside – jusqu’à son départ de Grande-Bretagne – l’Association multilatérale des diplomates économiques de Londres, consacrée au dialogue entre le privé et le public, en plus de son travail à l’ambassade suisse au Royaume-Uni.

2017 Responsable, depuis mai dernier, de la DG DERI à Genève.

Publicité