Horlogerie

Nick Hayek: «Swatch a changé de vocation»

Le patron de Swatch Group, premier horloger au monde, fait le point sur la marque du même nom. Les montres en plastique n’ont plus pour objectif de générer du volume pour le groupe, affirme-t-il. Il s’en prend en outre à ses concurrents qui n’investissent pas assez dans l’outil industriel

En contemplant le quartier général de Swatch Group, à Bienne, on voit d’abord un bâtiment blanc vitré posé au bord du lac. En y regardant de plus près, on constate que, accroché sous une vitre, il y a un drapeau de pirate qui toise les visiteurs. Comme pour les avertir de ce qui les attend en entrant dans le siège.

Fidèle à sa liberté de ton, le patron du groupe horloger s’en prend à ses concurrents qui n’investissent pas assez dans l’outil industriel, décrypte la stratégie de ses dix-huit marques et réaffirme que son groupe est bien armé pour atteindre les 10 milliards de francs de ventes.