Snowboard

Nidecker rachète la marque américaine Flow

Grâce à cette première acquisition, le groupe basé à Rolle prévoit notamment de se renforcer sur le marché japonais

Le groupe Nidecker à Rolle a annoncé hier avoir fait l’acquisition de la marque américaine Flow Snowboarding pour un montant non dévoilé. «Cette opération nous permet de passer de la 21e à la 3e place sur le marché du snowboard tous produits confondus aux Etats-Unis et de conforter par ailleurs notre avance de numéro 1 mondial dans la vente de snowboards milieu et haut de gamme», a noté Thierry Kunz, responsable marketing du groupe. Spécialisée dans la fixation mais aussi dans la fabrication de planches, la marque Flow appartient à la société californienne Flow Sport qui elle-même se trouve dans le giron du groupe Neil Pryde. En tout, une trentaine de personnes travaillent pour Flow. «Certains d’entre eux se verront proposer un poste à Rolle, là où se trouve le siège de Nidecker, explique Thierry Kunz qui s’appuie actuellement sur une équipe de 35 personnes. Nous ne prévoyons aucun licenciement.»

La reprise de Flow permet également à Nidecker de se renforcer dans le marché de la fixation et de la chaussure tout en accroissant sa présence au Japon. Si la société familiale, créée en 1887 par Henri Nidecker, ne dévoile pas son chiffre d’affaires, elle prévoit d’enregistrer pour la saison d’hiver 2016/2017 une croissance de ses ventes de 16%. «Ces chiffres n’intègrent pas la reprise de Flow», précise Thierry Kunz qui parle d’année exceptionnelle et d’une fabrication de 90 000 planches toutes marques confondues.

Nidecker songe au ski

Jusqu’à présent, Nidecker a toujours développé ses marques à l’interne. Elle en propose désormais six qui correspondent aux différentes pratiques du snowboard. La société s’est également diversifiée en se lançant dans la fabrication de stand-up paddles.

Si le snowboard a connu ses heures de gloires dans les années 1990, ce segment a enregistré un arrêt drastique avec l’arrivée de skis de nouvelle génération (carving, freestyle). Thierry Kunz, ancien snowboarder professionnel, songe à faire renaître les skis chez Nidecker. «La société en fabriquait dès 1907 jusque dans les années huitante. Les skis font de nouveau partie de nos projets car les consommateurs sont devenus très polyvalents, avec un énorme changement dans les pratiques de sport d’hiver. Certains d’entre eux ne veulent plus posséder de matériel mais préfèrent louer des skis un jour, un snowboard le lendemain et aller au spa le jour suivant. Nous vivons le même bouleversement que l’industrie musicale, estime Thierry Kunz qui mise également sur toutes sortes d’innovations autour des snowboards. Nous travaillons par exemple sur des systèmes de chaussage simplifiés et plus rapides.»

Publicité