Au niveau mondial, Facebook concurrence Google

Des médias qui s’allient face à Google et Facebook sur le marché de la publicité, la démarche n’est pas nouvelle. En France, une alliance baptisée La Place Media regroupe notamment L’Equipe, France Télévisions, 20 Minutes et Nice matin, et propose une plateforme publicitaire commune. En mars, le Guardian, CNN, le Financial Times et l’agence Reuters se sont entendus pour fonder l’alliance Pangaea. Leur but: créer une régie publicitaire commune pour proposer, via celle-ci, un lectorat combiné de 110 millions de lecteurs. Au printemps, ces médias anglo-saxons ciblaient – comme lundi la SSR, Ringier et Swisscom – Facebook et Google.

Les deux multinationales américaines s’adaptent le plus vite au basculement de l’ordinateur vers le mobile. Selon le cabinet de recherche eMarketer, les dépenses publicitaires sur mobile dépasseront celles sur PC cette année. Au total, quelque 171 milliards de dollars devraient être dépensés chaque année pour la publicité sur Internet.

Instagram progresse

Quasi inexistant il y a peu sur le marché de la publicité sur mobile, Facebook rattrape son retard avec un taux de croissance plus élevé que celui de Google. Désormais, le réseau social gagne 76% de ses revenus sur mobile. Toujours selon eMarketer, Facebook détiendra 16% du marché des annonces sur smartphone au niveau mondial, contre 35% pour Google. Le moteur de recherche demeure par contre le roi incontesté de la publicité liée à la recherche, avec 55% du marché pour cette année, soit des revenus à hauteur de 44,5 milliards de dollars.

Dans l’ombre de cette bataille entre Facebook et Google, d’autres acteurs émergent sur le marché de la publicité. A commencer par le site de partage de photos Instagram, propriété du réseau social de Mark Zuckerberg. Selon eMarketer, ses revenus doivent passer de 600 millions de dollars à 2,88 milliards de dollars en 2017. De son côté, Twitter devrait dépasser cette année Yahoo!.