Le nombre de comptes en Suisse a été divisé par trois

Les dirigeants de HSBC ne cessent de marteler que la banque a changé, qu’elle n’a plus rien à voir avec celle qui hébergeait en son sein des dizaines de milliers de comptes non déclarés. Pour preuve, l’établissement britannique souligne dans son rapport annuel publié lundi que sa filiale suisse, chargée notamment des activités de banque privée, a vu son nombre de clients baisser de 70% depuis un «pic» atteint en 2007.

Dans les chiffres, 11 058 comptes étaient ouverts auprès de l’entité suisse de HSBC fin 2014 contre 16 796 un an plus tôt. Et plus de 30 000 en 2007. La masse sous gestion est quant à elle passée de 118,4 milliards de dollars à 68 milliards en l’espace de sept ans. Contacté hier, un porte-parole de la banque précise que cette baisse reflète notamment la conclusion d’un «repositionnement stratégique» par lequel la banque se concentre sur 29 marchés importants et une clientèle disposant d’au moins 5 millions de dollars. Et d’évoquer, à titre d’exemple, la vente d’un portefeuille de clients (8 milliards de dollars) en 2014 à LGT Bank.

Deux fois moins d’employés

Le nombre d’employés de la banque en Suisse a lui aussi été divisé par deux. S’ils étaient l’équivalent de 2915 emplois à temps complet à la fin de 2009, ils n’étaient ainsi plus que 1479 à la fin de 2013, derniers chiffres officiels disponibles. Selon nos informations ils ne seraient guère plus d’un millier aujourd’hui.

Autre conséquence de la réduction de voilure, la banque paie moins d’impôts en Suisse que par le passé. Soit 107 millions de dollars en 2014 contre 142 millions en 2013 et 160 millions en 2012. Malgré tout et même si le chiffre d’affaires de la banque en Suisse a diminué – 736 millions en 2014 contre 831 millions en 2013 – l’entité basée à Genève a renoué avec les chiffres noirs. Elle a réalisé un bénéfice de 42 millions de dollars (dont 38 millions pour ses activités de banque privée) contre une perte de 287 millions en 2013.