Le nombre de millionnaires (en dollars) diminuera cette année pour la première fois depuis dix ans, estime Christopher Humphry, vice-président des services financiers de Cap Gemini. En 2001, ils étaient 7,1 millions dans le monde, soit 200 000 de plus que l'année précédente (+2,9%). En 2002 en revanche, l'Europe et les Etats-Unis enregistreront une baisse, tandis que l'Asie devrait connaître une croissance modérée du nombre de fortunes. La baisse boursière entamée en 2000 a «effacé» 8000 milliards de dollars sur le marché des actions. Les banques européennes ont globalement coupé 100 000 postes de travail, les plus grandes sociétés financières de Wall Street environ 60 000. La croissance économique mondiale se limitera à 2,8% en 2002.

En février dernier, Cap Gemini pronostiquait encore que la fortune combinée de tous les millionnaires augmenterait de 8%. «Nous pensions alors que les Bourses se reprendraient», dit Christopher Humphry, qui qualifie aujourd'hui cette estimation d'«assez agressive». La fortune globale ne devrait guère évoluer par rapport à son niveau actuel, qui atteint tout de même un respectable 26 200 milliards de dollars.