La conseillère fédérale Doris Leuthard a critiqué mardi à Genève les systèmes de rémunération liés à la performance qui «conduisent les dirigeants à se concentrer sur le court terme» et engendrent «une mentalité de joueur». La ministre de l'Economie était invitée par le Centre d'études monétaires et bancaires à tirer les conséquences de la crise financière en termes de politique économique. Selon elle, la confiance dans l'excellence du secteur bancaire suisse a été «détériorée» par la crise des «subprime». Un des moyens de la rétablir est de «travailler sur le système des rémunérations», a-t-elle déclaré, ajoutant que «ce n'est pas facile, mais qu'il est payant de développer un modèle adéquat».

Dimanche, le président de la Commission fédérale des banques (CFB) Eugen Haltiner dénonçait lui aussi les «exagérations» de certains salaires de la finance et affirmait vouloir «corriger» les systèmes d'incitations asymétriques qui récompensent outrageusement la performance et ne sanctionnent pas les prises de risque excessives. La CFB va demander aux banques de communiquer plus en détail sur ces systèmes pour combattre ces exagérations.