Pharma

Nouveau cas de flambée du prix d'un médicament 

Une petite société pharma américaine, Avondale Pharmaceuticals, a multiplié presque par dix le prix de vitamines dont il venait d'acheter les droits. La boîte de «Niacor» est passée de 32,46 dollars à 295 dollars, révèle le Financial Times

Un prix excessif pour un médicament? Une boîte de 100 tablettes vendue cinq dollars sur internet coûte maintenant presque 300 dollars aux Etats-Unis, le premier marché pharmaceutique au monde, écrit le Financial Times (FT) dimanche.

Avondale Pharmaceuticals, qui a été créé en août, a en effet relevé de 809% le mois dernier le prix du Niacor, une version de «niacine» (vitamine B3) qui est vendue sur ordonnance. Un produit semblable est disponible sans ordonnance sur internet où il peut être acheté au prix de 5 dollars. Pourtant les médecins préfèrent souvent le produit qui a été autorisé par les autorités de surveillance (FDA). Le quotidien britannique explique que les hausses de prix ne sont d'ailleurs pas nécessairement connues des médecins parce qu’elles ne sont pas toujours rendues publiques.

A lire aussi: Les médicaments achetés à l'étranger bientôt remboursés

Le média britannique ajoute qu’Avondale, une société fort discrète -elle n'a pas de site internet- basée dans l’Alabama, a acquis les droits du Niacor pour rapidement en augmenter massivement le prix de vente (buy-and-raise). Cette stratégie a déjà été pratiquée par une biotech appartenant à Martin Shkreli. Ce gestionnaire de fonds d'investissement avait créé une biotech qui avait fait flamber le prix du Daraprim (contre le sida et certains cancers) de 13,50 à 750 dollars la pilule. 

Achat à un groupe japonais

Le groupe pharmaceutique américain a acheté les droits du Niacor à Upsher Smith, une filiale américaine du groupe japonais Sawai Pharmaceutical. Mais ni la transaction ni ses termes n’ont été rendues publiques. Le vendeur ne tient pas à en expliquer les raisons.

A lire aussi: Passe d'armes autour du prix des médicaments au Campus Biotech

Avondale a par ailleurs acquis les droits d’un deuxième produit, le SSKI, une substance destinée aux thérapies respiratoires. Il en a ensuite accru le prix de 2469%. Ces hausses massives du prix ont été confirmées par les plateformes de prix d’Elsevier et Truven Health Analytics, précise le Financial Times.

UnitedHealth, la plus grande assurance maladie américaine, a indiqué avoir inclu le médicament sur la liste des produits remboursés.

La grande majorité des groupes pharmaceutiques s’abstiennent de telles pratiques, au contraire de certaines petites sociétés, commente le FT. Le quotidien ajoute ne pas pu avoir de commentaires des personnes concernées.

Publicité