Presse

Ces nouveaux médias qui veulent s’affranchir des annonceurs

Aux Etats-Unis, «The Information», «Medium» ou «BuzzFeed» font partie de ces publications en ligne émergentes misant sur les abonnés, les dons ou leurs membres. Et non sur la publicité

Entre fake news et blogueurs à gogo, il est parfois difficile de trouver la qualité éditoriale qui primait dans l’ère prédigitale. Inondés d’un influx massif d’informations, les lecteurs peinent parfois à trouver une source qui réponde à leurs attentes. Les publications d’aujourd’hui doivent donc prendre en compte deux critères cruciaux: offrir un modèle original et trouver un moyen de fidéliser les lecteurs.

Au cours des dernières années, de nouveaux types de médias se sont positionnés de manière stratégique, proposant aux lecteurs une variante des modèles plus traditionnels. L’un d’eux est The Information, un site web qui se dédie à l’analyse approfondie des sujets tech. La fondatrice, Jessica Lessin, était journaliste au Wall Street Journal pendant plusieurs années avant de lancer le site en 2013.

Lire aussi: Les internautes sont enfin prêts à payer l’information

«Les publications sont devenues de plus en plus dépendantes des publicités payantes, se basant sur le succès que Google et Facebook ont connu avec ce modèle», explique-t-elle. «Cela a malheureusement amené beaucoup de sites à mettre en place un système de «piège à clics», s’appuyant sur des éléments sensationnels au détriment de la qualité du contenu.»

90% des revenus

Afin de changer cette dynamique, Jessica Lessin a créé un modèle de revenu qui se base quasi entièrement sur des abonnés payants. L’idée est simple: si les lecteurs aiment le contenu, ils payeront pour y avoir accès. «Il y a cinq ans, nous étions les seuls à croire en ce modèle. Aujourd’hui, d’autres commencent à l’explorer.»

La jeune femme ne dévoile pas le nombre exact d’abonnés payants mais nous dit qu’environ 90% du revenu de la publication provient de ces abonnements, qui varient entre 399 et 749 dollars par an, selon les accès que le lecteur souhaite avoir.

Pour soutenir la prochaine génération de médias, The Information a créé un accélérateur et vient d’annoncer les participants de la deuxième volée à son Subscriber Summit à San Francisco. Parmi eux, Global Coin Research, une plateforme d’abonnés qui analyse les marchés des cryptomonnaies et de la blockchain. Mais aussi China Money Network, une plateforme alimentée par l’intelligence artificielle qui monitore les investissements chinois et les innovations technologiques.

Appel aux membres et aux donateurs

Bien que le concept d’abonnement payant ne soit pas nouveau, de plus en plus de sites branchés opèrent une transition vers ce modèle-là. Medium, la plateforme star des écrivains, penseurs et entrepreneurs, a mis en place il y a deux ans un programme d’adhésion payant pour ceux qui désirent avoir accès à un contenu plus exclusif. Compte tenu du succès de la plateforme, qui a levé plus de 130 millions de dollars depuis sa création en 2011, le prix d’adhésion de 5 dollars par mois ou de 50 dollars par an semble raisonnable.

Informer le lecteur au travers d’un contenu de qualité devient donc une priorité pour les publications. Mais il faut néanmoins rester attentif à ces modèles payants, qui risquent de marginaliser ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas payer. «Dans un monde où les nouvelles de qualité sont souvent payantes, il faut faire très attention à la division entre les lecteurs payants qui ont accès à cette information et ceux sans accès qui risquent d’être mal informés», prévient Edward E. Timke, un membre de la faculté enseignante du Département d’anthropologie culturelle à la Duke University.

Lire également: Des médias indociles encore en quête d’un modèle alternatif

Certaines publications, comme le quotidien anglais The Guardian, proposent une solution en invitant les lecteurs à faire une donation sur le site. On retrouvera en bas de chaque article du Guardian un paragraphe qui débute avec «Puisque vous êtes là…», suivi d’un texte expliquant le concept de soutien éditorial. BuzzFeed News, le site américain qui se dédie au contenu viral, explore aussi ce modèle en collaboration avec Google. Inviter les lecteurs à être plus impliqués dans la survie des médias est certainement plus viable à long terme; et aussi plus égalitaire.

Des .org pour marquer sa différence

D’autres publications implémentent ce modèle dès leur début, en se focalisant sur des donations plus importantes. C’est le cas de The Markup, un site à but non lucratif dédié à l’analyse pertinente et transparente de l’influence de la tech sur nos vies. Le site, qui insiste sur sa neutralité non partisane, devrait être lancé en début d’année prochaine. Leur indépendance éditoriale est soutenue par divers donateurs, tels que Craig Newmark, le fondateur de Craigslist qui a reversé 20 millions de dollars, et diverses fondations.

The Markup a été fondé par Sue Gardner (qui était à la tête de la Wikimedia Foundation), Julia Angwin et Jeff Larson, tous les deux journalistes d’investigation type Bob Woodward et Carl Bernstein dans Les hommes du président. Avant de cocréer The Markup, Julia Angwin et Jeff Larson écrivaient pour ProPublica, un site à but non lucratif fondé en 2007 qui est aussi soutenu par des donations. A noter que les deux sites se terminent avec .org, se démarquant ainsi des autres publications traditionnelles.

Publicité