Le groupe laitier lucernois Emmi a pour la première fois de son histoire dépassé le cap des 2 milliards de francs de chiffre d'affaires en 2005. Les ventes globales ont atteint l'an dernier 2,03 milliards de francs, soit une progression de 5,4% par rapport à 2004 (1,93 milliard de francs).

Les produits laitiers constituent le moteur de cette hausse. Les ventes de cette division ont progressé de 16,72% à 579,3 millions de francs. La croissance est davantage externe qu'organique. Le chiffre d'affaires de la division est grossi par l'acquisition en 2005 du groupe laitier thurgovien Biedermann. Son chiffre d'affaires apporterait une contribution estimée entre 55 et 65 millions de francs.

Les ventes de produits frais enregistrent elles aussi une hausse. Elle s'élève à 6,4%, soit 505 millions de francs. «Le produit Cafè Latte, le premier lancé en parallèle dans plusieurs pays européens, a rencontré beaucoup de succès en Allemagne, en France, en Italie et en Grande-Bretagne. C'est l'article qui s'est vendu le mieux au niveau international dans toute l'histoire d'Emmi», relève Stefan Wehrle, porte-parole du groupe qui emploie 3048 personnes.

En revanche, les fromages, division la plus importante d'Emmi, sont à la peine. Les ventes, en baisse de 3,3%, atteignent 860,4millions de francs. Mais la tendance est à la hausse (+1%) au second semestre, grâce à la reprise de l'Emmental, après une baisse de 8% de la division durant les sixpremiers mois de l'année.

Pour Patrick Schwendimann, analyste à la Banque cantonale de Zurich, «le chiffre d'affaires global est supérieur au consensus des analystes. Mais la qualité de la hausse n'est pas si convaincante, car les marges des produits laitiers sont assez faibles. Il aurait été préférable que la croissance provienne des produits frais.»

Le marché a néanmoins salué les résultats d'Emmi avec une hausse de 1,2% à 128 francs à la Bourse suisse.