Trois gérants de fortune ont démissionné chez Vontobel, et deux d'entre eux rejoindront une société de gestion de fortune récemment créée par trois autres ex-cadres dirigeants de la banque privée zurichoise. C'est ce qu'affirme l'hebdomadaire Cash dans un article à paraître aujourd'hui, ajoutant que ces départs pourraient faire perdre à Vontobel jusqu'à 2 milliards de francs de fonds de la clientèle sous gestion, et que d'autres défections pourraient suivre. Du côté de Vontobel, on confirme les trois départs mais conteste le reste.

Selon Cash, d'autres défections pourraient suivre les départs des gérants de fortune Arthur Maurer, Christian Kohler et Robert Köppel, tous trois collaborateurs de longue date de l'établissement. Se référant «à des rumeurs», l'hebdomadaire zurichois cite les noms de l'ancien chef «private banking», Walter Temperli, et de trois membres de la direction de ce secteur, Hermann Krüse, Andreas Eugster et Edith Höller Zen Ruffinen. Walter Temperli avait été remplacé à la tête du département en mai par Walter Thoma, venu de la banque concurrente Clariden.

Toujours selon Cash, les «connaisseurs de la branche» seraient d'avis que les trois gérants partants pourraient conserver leur clientèle, qui quitterait également Vontobel. Cela pourrait entraîner un départ de fonds de clients «allant jusqu'à 2 milliards de francs».

Deux des démissionnaires rejoindraient, selon l'hebdomadaire, la société de gestion Swiss Assets Partners, créée et dirigée par trois anciens membres de la direction de Vontobel, soit l'ex-CEO remercié, Robert Zingg, et MM. Ueli Dubs et Ronald Angst. Finalement, Cash écrit que «depuis l'arrivée du nouveau patron de la banque, Herbert Scheidt, il y a dix mois, toute la direction a changé, sept de ses collaborateurs ayant quitté l'établissement».

La porte-parole de Vontobel, Elisabeth Meyerhans, confirme les départs prochains des trois gestionnaires, mais précise qu'ils travaillent toujours à la banque. «Arthur Maurer a démissionné à la fin mai, et les deux autres à la fin juin. Ils ont tous les trois un délai de résiliation de six mois, et travaillent toujours ici», précise-t-elle. Et d'ajouter: «Il est pour le moins hasardeux d'affirmer qu'ils partiront avec leur clientèle et, quant à la somme évoquée de 2 milliards de francs, c'est de la haute fantaisie!» Les fonds de la clientèle étaient annoncés à 52,2 milliards de francs à la fin de 2002, et Cash estime à 17 milliards la part actuellement gérée par l'unité «private banking». Dans l'attente de la publication des résultats semestriels, le 28 août, la banque ne communique aucun chiffre.

Elisabeth Meyerhans note encore: «Contrairement à ce que dit Cash, Arthur Maurer est le seul des trois partants qui rejoindra la société de MM. Zingg, Dubs et Angst.»Elle affirme d'ailleurs que le taux de fluctuation du personnel de Vontobel n'est pas plus élevé que celui d'autres banques et se dit surprise par les rumeurs relatives à de nouveaux départs.

Rappelons que cette banque privée zurichoise a connu de graves problèmes en 2001: un scandale financier sanctionné par le renvoi de trois membres de la direction générale, et la coûteuse débâcle du projet de banque informatique «You». En 2002, Peter Wagner a pris la présidence du conseil d'administration, et Herbert Scheidt, ex-Deutsche Bank, la tête de la direction générale. Scheidt a mis en voie une réorganisation complète des activités «du front», désormais centralisées et structurées en trois «métiers»: private banking, investment banking et asset management/funds. Ces secteurs sont maintenant dirigés par des spécialistes venus de l'extérieur, comme cela sera également le cas des «opérations» (back-office), dont la refonte commencera cet automne. Robert Zingg avait été remercié pour céder la place à Herbert Scheidt, et MM. Dubs et Angst, ainsi que d'autres, ont quitté l'établissement dans le cadre de la réorganisation.