Glencore a poursuivi sa réduction de voilure en matière d’extraction de matières premières lors des six premiers mois de 2016. La production en propre de cuivre a fondu de 4% à 703 000 tonnes, celle de charbon de 14% à 58,8 millions de tonnes et celle de zinc de 31% à 506 500 tonnes.

La part du groupe dans les activités d’extraction de pétrole a été bridée de 18% à 4,4 millions de barils, afin de préserver les réserves dans l’attente d’une embellie sur les prix des hydrocarbures. Les nouvelles activités de forage ont été repoussées pour les mêmes raisons, a indiqué jeudi mastodonte minier et du négoce zougois dans son rapport de production.

A l’inverse, le géant de Baar a étoffé de 17% sa production de nickel, grâce à des améliorations dans le traitement de ses propres ressources.

Prix à la baisse

L’acquisition en fin d’année dernière de deux usines de broyage en Amérique du Nord, des volumes plus élevés en Argentine ainsi qu’un début précoce du traitement de la récolte de canne à sucre au Brésil ont dopé la production agricole, dont le volume de produits traités a bondi de 43% à 6,4 millions de tonnes.

A l’exception du prix de l’or, qui a grappillé en moyenne 1% sur la période, les tarifs des métaux ont fondu de 6% à 37%. Ceux des agents énergétiques se sont repliés de 15% à 31%. L’évolution dans les produits agricoles s’avère plus contrastée, entre un tassement de 9% pour les céréales et une envolée de 23% pour le sucre.

La tendance à la retenue devrait rester de mise au second semestre et la direction abaisse encore ses objectifs annuels pour le pétrole et le charbon. La production de cuivre sur l’ensemble de l’exercice est en revanche revue quelque peu à la hausse. Les résultats financiers détaillés de Glencore seront publiés le 24 août.