Le groupe Novartis a souffert d’effets de change défavorables. En monnaies locales, les ventes ont en effet progressé de 8%, a indiqué Novartis jeudi dans un communiqué. Une chute de la moyenne des liquidités nettes et les coûts de financement de la participation de 25% dans Alcon, acquise en 2008, ont en outre pesé sur la rentabilité.

Sur le plan opérationnel, le résultat EBIT s’est contracté de 6% à 2,35 milliards de dollars (2,7 milliards de francs). «L’incertitude de la situation économique et la volatilité des marchés des devises nous obligent à augmenter encore notre productivité et à contrôler nos coûts», souligne le président et patron de Novartis, Daniel Vasella.