Pharma

Novartis bat les pronostics, porté par le médicament le plus cher du monde

La récente mise sur le marché d’une thérapie vendue plus de 2 millions de dollars a soutenu la croissance du géant pharmaceutique bâlois. Sa division dédiée aux traitements hors brevet fait elle aussi mieux que prévu, grâce aux biosimilaires

C’est une maladie héréditaire. L’amyotrophie spinale provoque une atrophie des muscles, qui selon sa forme peut s’avérer mortelle chez les enfants. Un traitement existe, sous forme de thérapie génique. Mais deux conditions doivent être réunies pour son succès: il faut l’administrer aux bébés avant leurs 2 ans; et réunir les plus de 2,2 millions de dollars qu’il coûte. Si Novartis bat tous les pronostics sur ses résultats trimestriels publiés mardi, c’est en partie grâce à ce traitement, le Zolgensma, considéré comme le médicament le plus cher du monde.

Le chiffre d’affaires du géant pharmaceutique bâlois a progressé de 10% à 12,2 milliards de dollars entre juillet et septembre, de 13% à taux de change constant. Soit avec «un confortable» demi-milliard de plus qu’escompté par les analystes, écrit Credit Suisse dans une note. Sur neuf mois, la croissance est de 5% (9% hors variations de change). Le groupe a ainsi amélioré sa marge opérationnelle (core) de 2 points de pourcentage, pour atteindre 30,4% du chiffre d’affaires net, se félicite le groupe dans un communiqué.