Les consommateurs américains pourront-ils bientôt soigner un rhume ou soulager une piqûre d'insecte avec des gouttes ou un gel fabriqués à Nyon? C'est possible. Novartis a l'intention de demander aux autorités de surveillance américaines (FDA) la certification de son site nyonnais.

L'annonce a été faite mardi à Nyon lors d'une présentation du groupe pharmaceutique. «Nous sommes en train de nous mettre aux normes américaines, a indiqué Michel Jacot-Descombes, directeur de l'entité vaudoise Novartis Consumer Health. Nous devrions être prêts dans le courant de l'année prochaine.» La demande serait ensuite déposée.

L'Europe représente aujourd'hui son principal débouché. Près de 75% des produits y sont écoulés. Le Moyen-Orient et l'Afrique comptent à hauteur de 21% et le reste du monde 4%.

Dans le cas d'une entrée sur le marché américain, la taille des infrastructures existantes devrait suffire pour augmenter la production. «La taille du site permettra de dégager de nouvelles capacités», souligne le directeur. Novartis emploie 560 personnes à Nyon.

L'unité de production nyonnaise est spécialisée dans les médicaments pouvant être délivrés sans ordonnance. Il s'agit principalement de sirops, sprays, gels et pommades. Certaines marques sont très connues en Suisse. L'usine fabrique par exemple le Fenistil, qui calme les démangeaisons, et les gouttes nasales Otrivin. Près de 90 millions d'emballages sortent chaque année du site.