L’action de Novartis a gagné 4,41% dans la journée de vendredi. Les investisseurs ont apprécié la déclaration du groupe, le matin, affirmant avoir réussi à produire un premier lot de vaccins contre la grippe A(H1N1). Aucune estimation sur les perspectives financières de ce marché n’a cependant été communiquée.

L’annonce intervient avec plusieurs semaines d’avance sur les prévisions du groupe grâce à la mise au point d’une production par culture cellulaire, plus rapide que la production classique par œufs de poules. Novartis espère «être en mesure d’augmenter rapidement» la production de vaccin, avec des essais cliniques programmés pour juillet et l’obtention d’une licence d’ici à «septembre ou octobre», a précisé un porte-parole, se refusant toutefois à quantifier le nombre de doses disponibles d’ici là.

Vaccin très attendu

Selon le laboratoire bâlois, «plus de 30 gouvernements ont effectué une demande auprès de Novartis pour leur fournir les ingrédients de ce vaccin. Le groupe bâlois avait déjà reçu fin mai 289 millions de dollars (312,7 millions de francs) du ­Ministère américain de la santé (HHS) pour le développement, les études cliniques et la production d’un vaccin.

Sanofi Pasteur, filiale vaccins du français Sanofi-Aventis, estime qu’«il est encore trop tôt pour donner une date de disponibilité d’un vaccin». Tout en ajoutant espérer disposer «à l’été» des doses pour lancer le développement clinique du vaccin.

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a lui indiqué vendredi que la production d’un vaccin prendrait entre «quatre à six mois» et s’est dit prêt à convertir un don de 50 millions de doses de vaccin contre la grippe aviaire H5N1 à l’OMS en vaccins contre le A(H1N1).