Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
FILE PHOTO: Swiss drugmaker Novartis' logo is seen at the company's plant in the northern Swiss town of Stein, Switzerland October 23, 2017. REUTERS/Arnd Wiegmann/File Photo
© REUTERS / ARND WIEGMANN

Pharmas

Novartis veut créer jusqu’à 450 emplois en Argovie

Le groupe pharmaceutique prévoit de créer jusqu’à 450 emplois et d’investir 90 millions de francs sur trois ans dans son site de Stein en Argovie

Novartis va construire un site de production de thérapies cellulaire et géniques qui permettra de livrer en Europe de nouveaux traitements.

Dans une première étape, le géant bâlois veut créer 260 postes qui seront renforcés d'ici 2021, jusqu'à 450 emplois. Les premiers lots fabriqués par cette nouvelle usine seront distribués en Suisse et dans l'Union européenne d'ici deux ans, a précisé Novartis lundi dans un communiqué.

Investissement dans de nouvelles technologies 

Cet investissement à hauteur de 90 millions de francs illustre les mutations que traverse le secteur, a précisé Matthias Leuenberger, responsable pour la Suisse de Novartis. «Alors que nous investissons dans de nouvelles technologies hautement spécialisées, l'importance de certains domaines traditionnels va diminuer», a-t-il affirmé.

Lire aussi: Dopé par l'oncologie, Novartis affiche des résultats robustes

L'annonce de l'investissement à Stein intervient après l'homologation fin août par l'UE du traitement cellulaire Kymriah contre la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules B chez l'enfant et les jeunes adultes jusqu'à 25 ans après récidive de la maladie.

Novartis exploite déjà aux Etats-Unis, à Morris Plains au New Jersey, une usine spécialisée dans la production de thérapie cellulaires et géniques.

Lire également: Le responsable juridique de Novartis démissionne

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)