Une «erreur», selon la ministre allemande de l’Environnement, la Verte Steffi Lemke. L’Allemagne antinucléaire «accepte d’être en désaccord» avec la France pro-nucléaire, a précisé de son côté la secrétaire d’Etat allemande aux Affaires européennes et collègue de parti, Anna Lührmann. Le projet de labellisation verte pour les centrales nucléaires et à gaz présenté le 31 décembre dernier par la Commission européenne a mis sous pression le gouvernement allemand de coalition la semaine dernière.