Six zéros au moins, si ce n’est sept: le ticket d’entrée dans l’univers du capital-investissement est resté inaccessible aux investisseurs individuels tout au long de la période d’expansion connue depuis les années 1990. La réglementation s’ajoutait au prix prohibitif pour tenir cette catégorie d’investisseurs loin des placements dans le non coté, jugés trop risqués par les régulateurs. Et, surtout, pas assez liquides. C’est ainsi que l’histoire récente d’une industrie estimée aujourd’hui à plus de 10 000 milliards de dollars s’est faite avec, et pour, les investisseurs institutionnels. Tous deux ont en commun un horizon de long terme. La donne est en train de changer.