Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Si elle s’organise, l’agriculture a tout à gagner, selon Hervé Pillaud, expert français en agriculture.
© PHILIPPE WOJAZER / Reuters

Innovation

«La numérisation va marginaliser la grande distribution»

Si elle s’organise, l’agriculture a tout à gagner, selon Hervé Pillaud, expert français en agriculture

Agriculteur vendéen, Hervé Pillaud est connu comme auteur et conférencier, spécialisé dans les nouvelles technologies. Il a publié plusieurs ouvrages sur la question, dont Agronumericus, aux Editions France Agricole.

«Le Temps»: Les agriculteurs sont-ils préparés à cette révolution numérique?

Hervé Pillaud: Oui et non. D’un côté, la numérisation – celle des machines – fait déjà partie de leur quotidien. Les agriculteurs sont aussi toujours plus nombreux à utiliser les nouveaux outils de communication. Prenez le cas de Twitter. Au début, j’étais un peu le seul à m’y intéresser. Aujourd’hui, ils sont des milliers à privilégier ce canal pour échanger entre eux mais aussi avec les consommateurs. Les outils d’aide à la prise de décisions entrent également dans les pratiques. Par contre, les données produites sont encore peu valorisées, de même que leur mise en commun, alors que leur potentiel d’exploitation est énorme, ne serait-ce qu’en termes de traçabilité et de transparence. Il s’agit d’en prendre conscience et d’organiser la mise en réseau.

Sur le même sujet: L'agriculture suisse entame sa numérisation

L’agriculture prend-elle du retard?

Les agriculteurs ont le nez dans le guidon. Ils doivent survivre dans un contexte où les marges sont très étroites. Or, la numérisation va bouleverser leur profession car c’est l’approche même qui est remise en question. La blockchain va casser les codes actuels qui séparent les différents maillons de la chaîne alimentaire. Mais les agriculteurs s’y mettront. Je suis confiant. C’est toujours dans une période de crise, comme nous la vivons actuellement, que les solutions émergent et que les changements se font.

Les organisations agricoles jouent-elles leur rôle d’encadrement, voire de moteur dans cette évolution?

Les organisations agricoles étant très structurées, elles sont difficiles à faire évoluer. Et on ne peut pas dire qu’elles soient au top de la promotion des nouveaux outils. La numérisation de l’agriculture va d’ailleurs remettre leur rôle en question, il va y avoir une véritable rupture. La numérisation pourrait également marginaliser la grande distribution parce qu’elle va recréer un lien direct entre le producteur et le consommateur. A long terme, j’imagine même que l’agriculture puisse s’affranchir de tout soutien étatique. Elle a trop longtemps été traitée comme une malade qu’il faut mettre sous perfusion et lui dicter sa conduite. Le moment est probablement venu de la débrancher.

La numérisation va-t-elle accentuer le fossé entre les riches et les pauvres, le nord et le sud?

Bien au contraire. Je me rends régulièrement en Afrique et je remarque que les nouveaux outils y sont intégrés beaucoup plus rapidement. Contrairement à nous, Occidentaux, qui sommes craintifs face à la nouveauté et restons figés sur les acquis, les Africains n’ont pas de préjugés. Ils ont la jeunesse, l’énergie et le sens de la débrouille pour eux. Sur le continent noir, la numérisation progressera rapidement parce qu’elle est une chance. Une chance pour lutter contre la malnutrition, freiner l’émigration et protéger l’environnement.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)