Le groupe chinois Wanda, spécialisé dans les loisirs et la culture, s’est porté acquéreur du spécialiste des multiplex aux Etats-Unis, AMC (American Multi-Cinema), devenant le premier propriétaire mondial de cinémas, ont annoncé lundi les deux sociétés dans un communiqué.

Wanda, qui possède et gère de nombreux cinémas, hôtels de luxe et commerces en Chine, a assuré qu’il allait devenir un acteur «réellement mondial» grâce à cette transaction de 2,6 milliards de dollars. Depuis le début de l’année, les compagnies chinoises ont déjà investi près de 35 milliards de dollars aux Etats-Unis, selon des données compilées par l’économiste Derek Scissors, cité par l’agence Bloomberg.

Le groupe Wanda, qui enregistre un chiffre d’affaires annuel de 16,7 milliards de dollars, possède déjà 86 multiplex et 730 écrans en Chine.

Ce conglomérat privé a profité de l’explosion des recettes du box-office en Chine, où l’industrie cinématographique est en pleine effervescence et où le nombre de salles s’envole.

AMC gère de son côté un empire de 346 multiplex en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), qui totalise plus de 5000 écrans, dont 2336 écrans 3D et 128 dômes IMAX. Environ 200 millions de spectateurs ont vu un film dans une des salles d’AMC en 2011.

Investissement de 500 millions

Wanda a assuré lundi que le quartier général d’AMC resterait dans la région de Kansa-City (Missouri) et que les opérations journalières du groupe américain ne seraient pas affectées par ce rachat. En outre, la direction d’AMC restera identique est les quelque 18 500 postes seront maintenus, a assuré le groupe basé à Pékin. Wanda prévoit en outre d’investir 500 millions de dollars dans la réduction de la dette et dans l’amélioration des salles nord-américaines, selon Gerardo Lopez, le directeur général d’AMC.

L’essor de l’exploitation cinématographique en Chine est soutenu par la croissance rapide de la classe moyenne chinoise, qui apprécie les sorties le week-end dans les nouveaux centres commerciaux où sont installés les multiplex.

Malgré le prix relativement élevé des billets, le public chinois a par exemple plébiscité «Avatar» (avec un total des billets vendus dépassant 200 millions de dollars) ou «Kungfu Panda 2», avec un goût particulier pour les longs métrages en 3D comme la récente version de «Titanic».

Les acteurs étrangers ciblent la Chine

Même si le marché chinois en pleine expansion demeure très peu ouvert aux œuvres étrangères, les acteurs internationaux tentent de s’y placer. La société canadienne IMAX Corp a ainsi prévu d’équiper des dizaines de nouvelles salles en Chine de sa technologie offrant des images plus grandes et de meilleure résolution.

Parmi les diffuseurs privés et opérateurs de salles chinois qui ont signé un contrat avec IMAX figure d’ailleurs Wanda.

Le géant des médias et du divertissement américain Disney a annoncé en avril un partenariat avec le groupe public China Animation, ainsi qu’avec le poids lourd de l’internet Tencent, pour un projet de développement de films d’animation chinois.

DreamWorks Animation, spécialiste hollywoodien du cinéma d’animation, a pour sa part annoncé la création avec des partenaires chinois d’un studio de production à Shanghai.