Dans exactement vingt jours, le Forum économique mondial, plus connu sous son acronyme WEF, accueillera près de 2000 participants, y compris des chefs d’Etats et de gouvernements pour sa 51e édition. Cette rencontre en présentiel, la première depuis la pandémie du Covid-19, fera la part belle à l’Ukraine, pays martyr envahi par les forces russes le 24 février et qui n’a pas fini de compter ses morts, blessés et réfugiés. En revanche, la Russie – d’habitude un bon client en termes de présences, contributions financières et soirées festives – est bannie. «Suite à la condamnation de l’attaque en cours de la Russie en Ukraine, le Forum se conforme aux sanctions internationales, répond le WEF au Temps. En conséquence, nous gelons toutes nos relations avec des entités russes et ne nous engagerons avec aucune personne ou institution sanctionnée, y compris durant la réunion annuelle.»