Les premiers pas de la société fintech eWise se sont faits en 2000 aux Etats-Unis avec l’aide de capital-risqueurs et sous la direction du fondateur Alexander Grinberg. A la suite d’un changement de management, la deuxième phase de développement est en train de se produire à Nyon avec David Hamilton, le nouveau directeur général et président du groupe.

Ce dernier a fait carrière au sein de la banque australienne Westpac avant de se lancer dans les Fintechs auprès de Sungard et Fiserv. C’est à son initiative que la société s’est déplacée en Suisse romande, notamment afin de mieux répondre au potentiel du marché européen, par exemple dans la gestion de fortune et auprès des banques privées, selon Lucile Mathe, directrice de la communication.

Une entreprise de 40 employés

La société, qui a déjà réalisé trois levées de fonds – dont elle préfère garder le montant secret –, compte 40 employés dans le monde dont six à Nyon et se dit «depuis longtemps bénéficiaire», sans donner de détail. Son objectif consiste à répondre à un besoin de simplification de la gestion des finances personnelles. Si par exemple un individu dispose d’un compte courant dans une grande banque, un compte d’épargne chez une autre institution financière, un compte d’investissement chez un broker en ligne et diverses assurances dans des compagnies distinctes, il lui importe non seulement de garder la vue d’ensemble, mais de stocker et gérer les données de façon absolument sûre, explique Lucile Mathe.

L’offre d’eWise permet de connecter et agréger un nombre illimité de comptes bancaires en quelques secondes, et ce sur les divers marchés où eWise est présent tels que l’Europe, l’Asie et l’Australie. Le service, même s’il s’agit de finance personnelle, est destiné aux entreprises (B2B). La technologie d’agrégation met à disposition une API (interface de programme d’application) de connexion aux institutions financières pour automatiser la récupération des transactions financières.

Un brevet aux Etats-Unis, en Europe, en Australie et en Asie

En Suisse, eWise déclare se développer fortement et projette d’établir des connections auprès de 95% du marché bancaire suisse. Son brevet est déposé aux Etats-Unis, en Europe, en Asie, en Australie. Il permet de faire de l’agrégation de comptes bancaires, comptes de trading, cartes bancaires, assurances, comptes d’épargne, programmes de fidélité et autres comptes en ligne. L’ensemble des données personnelles de l’utilisateur sont sauvegardées dans un coffre-fort numérique installé sur l’appareil de son choix, que ce soit son ordinateur, sa tablette ou son smartphone.

Cette technologie ne requiert pas que l’utilisateur partage ses identifiants et mots de passe de ses comptes bancaires ni avec eWise, ni avec le fournisseur de service. Toutes les données personnelles sensibles sont enregistrées et sécurisées sur son appareil où est installé le coffre-fort numérique, garantissant une confidentialité absolue, selon la direction.

Elargissement de l’offre cet été

eWise offrira cet été encore de nouveaux services, comme la catégorisation des transactions, selon Lucile Mathe. «Nous pouvons catégoriser les transactions financières au fur et à mesure des achats de titres, paiements de factures ou des loyers, ou encore des dépenses d’alimentation ou d’habits effectués par carte bancaire, puis nous les analysons sous la forme d’un budget personnel», fait valoir Lucile Mathe.

L’entreprise nous explique qu’elle entend passer à 9-10 employés à moyen terme et se renforce cet été dans le Marketing & Communication ainsi que dans l’équipe Data Science à Nyon.


A lire aussi: