Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La presse régionale est à la quête de solutions permettant un redressement de la rentabilité
© Keystone

Médias

La «NZZ» en quête d’alliance en Argovie, la «Basler Zeitung» aux Grisons

Départs dans le numérique, rumeurs d’alliance avec l’AZ Medien. Le quotidien zurichois cherche une solution aussi bien pour ses journaux régionaux que pour ses services informatiques. La «Basler Zeitung», proche de Christoph Blocher, cherche des synergies aux Grisons

Tandis que la SSR n’a d’yeux que pour la défense de la redevance, les médias privés tentent de trouver des accords pour améliorer leur rentabilité.

Le groupe NZZ étudie la création d’une double coentreprise avec l’argovien AZ Medien, l’éditeur de l’Aargauer Zeitung, révèle la Handelszeitung ce jeudi. Le média de référence zurichois vise un double objectif, l’amélioration de la rentabilité de ses journaux régionaux, qu’ils soient en Suisse orientale (Thurgauer Zeitung, St. Galler Tagblatt) ou en Suisse centrale (Luzerner Zeitung), et le renforcement de sa stratégie numérique.

A lire aussi: Qui restera pour sauver la presse suisse?

La Handelszeitung indique que l’opération a été précédée, de la part de NZZ, d’une tentative de rapprochement de Tamedia, qui a toutefois échoué en août à la suite d’un désaccord sur le contrôle de cette joint-venture. Les médias régionaux de NZZ atteignent en effet 240 millions de francs de chiffre d’affaires (en baisse de 7,2 millions par rapport à 2015) alors que ceux de Tamedia (Berner Zeitung, Bund, Landbote) parviennent à 470 millions de francs. Le rapport de force plaiderait en faveur d’un contrôle par Tamedia, mais Etienne Jornod, président de NZZ, n’aurait nullement l’intention d’être le partenaire junior d’une telle coentreprise.

Le refus de subventionnements croisés

Le groupe NZZ se serait alors tourné vers Peter Wanner, l’éditeur d’AZ Medien. Le chiffre d’affaires des journaux régionaux de ce dernier s’élève à 200 millions de francs. Une coentreprise à 50/50 est donc théoriquement possible. L’Argovien présiderait cette alliance et Axel Wüstman, directeur d’AZ Medien, assumerait sa direction opérationnelle. La Handelszeitung ajoute que NZZ aimerait disposer d’une option de sortie qu’elle pourrait exécuter selon le cours que prennent les événements.

A lire aussi: La presse alémanique tente de se réinventer

Par ailleurs, les deux groupes alémaniques négocieraient une deuxième coentreprise, au niveau des services informatiques cette fois. NZZ aimerait y disposer d’une majorité. La porte-parole de NZZ n’apporte pas de démenti à ces informations: «Dans l’environnement actuel, des discussions en vue de coopérations sont menées en permanence avec les différentes entreprises de la branche», déclare Myriam Käser à la Handelszeitung.

Les rumeurs sont fondées. Jörg Schnyder, directeur du groupe NZZ, s’est adressé au personnel en raison des rumeurs d’alliance avec AZ Medien. Il n’a nullement démenti la tentative de rapprochement révélée initialement par le portail médiatique Klein Report.

Ces joint-ventures s’intégreraient parfaitement dans la stratégie de NZZ. Le groupe de la Falkenstrasse ne cherche pas à réduire la voilure dans la presse écrite, mais toutes les divisions doivent présenter un bénéfice supérieur aux coûts de financement. Il n’y a aucune place pour les subventionnements croisés.

Le besoin d’amélioration financière est moins urgent pour les médias regroupés sous la marque NZZ (y compris Folio et NZZ am Sonntag) que pour les journaux régionaux. Ces derniers peinent à gagner de nouveaux et plus jeunes lecteurs.

Le portail Klein annonce par ailleurs jeudi qu’Anita Zielina, responsable des produits numériques de la NZZ, prend congé du groupe «pour répondre à de nouveaux défis». Elle sera remplacée ad interim par Rouven Leuener, actuellement responsable du développement de produits numériques.

La Basler Zeitung, propriété de Christoph Blocher à hauteur d’un tiers du capital, trouverait, elle, des alliés aux Grisons par l’intermédiaire de la Südostschweiz, un quotidien appartenant à Hanspeter Lebrument, publiant des éditions régionales à Saint-Gall et Glaris, selon le Tages Anzeiger. Il est question de regrouper le contenu des rubriques Suisse, étranger, économie et culture, si l’on en croit ce dernier. Aujourd’hui déjà la Basler Zeitung est imprimée à Coire.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)