Après cette réduction, le capital-actions devrait à nouveau être porté à son niveau d’origine, a indiqué mardi l’ex-Unaxis. Pour ce faire, le groupe sis à Pfäffikon va émettre de nouvelles actions pour un montant de 1 milliard de francs que les actuels propriétaires d’OC Oerlikon pourront souscrire.

OC Oerlikon compte actuellement près de 14,14 millions d’actions d’une valeur nominale de 20 francs. Le capital-actions s’élève à 282,85 millions de francs et le milliardaire russe Viktor Vekselberg en contrôle 56,7%.

Mis en place par la société de participation Renova de M. Vekselberg, le plan de recapitalisation – dont le montant n’est pas dévoilé – vise à colmater la dette abyssale du groupe, qui se monte à près de 2,5 milliards de francs. Avant d’être finalisé, il doit recevoir le feu vert du concordat bancaire et de l’assemblée générale des actionnaires.

Selon des sources citées par l’agence Reuters, les parties ont prévu un paquet de mesures visant à réduire de moitié la dette du conglomérat. OC Oerlikon doit d’ailleurs rembourser d’ici à la fin du mois une première tranche de 600 millions de francs.

Chute du titre

L’endettement d’OC Oerlikon est dû pour l’essentiel à l’acquisition du fabricant de machines textiles et sous-traitant automobile thurgovien Saurer en pleine période de haute conjoncture. La récession qui a lourdement touché l’industrie textile et automobile, entre autres, a plongé OC Oerlikon dans les chiffres rouges et remis en question le remboursement des crédits contractés auprès d’une vingtaine de banques.

Après avoir plongé de près de 7% par rapport à la clôture de la veille à l’ouverture de la Bourse suisse, l’action OC Oerlikon perdait encore 6,4% à 34.48 francs vers 15h15. Pour mémoire, le titre avait atteint un plus haut historique de 794.50 francs le 22 juin 2007. Le 23 mars 2009, il notait encore à plus de 473 francs.