«Vous mangez de la soupe [de nouilles] et vous crachez dans le bol aussitôt après.» C’est le reproche que semble faire la Chine aux entreprises étrangères qui y font des bénéfices tout en la critiquant à la première occasion. Jeudi, Nike, Tommy Hilfiger, Adidas, Nike, Converse, Calvin Klein et d’autres marques américaines et européennes de prêt-à-porter ont ainsi été la cible d’une campagne de boycott dans les réseaux sociaux chinois. Uniqlo, Zara ou encore Gap craignent d’être les prochaines victimes.

Lire également: Coton du Xinjiang: après H&M, Nike subit les foudres de la Chine