Technologie

Olga Feldmeier: «Nous utiliserons tous des cryptomonnaies, par choix ou par obligation»

Pour la directrice générale de Smart Valor, la blockchain aura créé d’ici à quelques années les Google et Amazon de demain

Drones, cryptomonnaies ou intelligence artificielle, quelles sont les futurs possibles des technologies? Nous y consacrons une série d’articles.

  1. Une journée high-tech en 2025

Bientôt, nous utiliserons tous des cryptomonnaies, le bitcoin atteindra 100 000 dollars et la blockchain aura créé les Google et Amazon de demain, telles sont quelques-unes des prédictions d’Olga Feldmeier. Directrice générale et cofondatrice de Smart Valor, une société créée en 2017 et basée dans la Crypto-Valley de Zoug, elle se focalise sur la «tokenisation», c’est-à-dire la titrisation d’actifs grâce à des jetons numériques, qui représente la valeur d’un bien qui est ainsi enregistré sur la blockchain, où il peut être acheté ou vendu.

Lire aussi:  La tokenisation déferle sur les actifs illiquides

Le Temps: Comment imaginez-vous l’écosystème de la blockchain dans 10 ans?

Olga Feldmeier: La technologie des registres distribués (DLT) peut changer les fondements selon lesquels nos sociétés sont organisées et fonctionnent. Il existe déjà beaucoup d’exemples qui sont concevables aujourd’hui comme des cryptomonnaies nationales, des registres décentralisés, des identités, etc. Ces prochaines années, des défis nous pousserons à mettre en place de façon utile cette technologie et permettre des meilleurs monnaies, gouvernements et banques. Certains deviendront les prochains Google et Amazon, d’autres seront rachetés par les acteurs dominants et un plus grand nombre encore échouera.

Quels seront les secteurs les plus affectés? Certaines activités n’auront-elles plus d’intérêt?

Pour l’instant, la plupart des applications visent la finance. C’est naturel dans la mesure où la blockchain permet la création de confiance ou de transactions dans lesquelles on peut avoir confiance, sans intermédiaire ou interaction humaine. Cette technologie va fondamentalement changer le paysage des services financiers, où les institutions existent pour créer la confiance. Si elles ne sont plus nécessaires, elles devront changer. C’est très bien compris parmi les hautes sphères des banques et c’est la raison pour laquelle on voit une abondance de programmes de capital-risque et d’accélérateurs.

La Suisse a le potentiel de devenir le centre où la prochaine génération de l’infrastructure des services financiers se construit et où les nouveaux acteurs s’installeront

Olga Feldmeier

Est-ce que cela servira les consommateurs ou surtout l’infrastructure?

Les deux. Lors de la première étape de la technologie blockchain, ces dix dernières années, depuis la publication du livre blanc de Satoshi [le créateur du bitcoin, ndlr], l’attention s’est portée sur la façon dont les personnes pouvaient en profiter. On a parlé du bitcoin comme moyen de paiement à travers les frontières, d’investissement dans les actifs numériques, de crowdfunding de start-up, etc. Désormais, l’attention va se déplacer vers les solutions pour les entreprises, afin de rendre leurs infrastructures plus efficaces pour leurs produits et services.

Est-ce que nous utiliserons tous des cryptomonnaies?

Oui, certainement. Certains d’entre nous par leur propre volonté, d’autres par besoin, dans certains pays comme l’Ukraine ou le Venezuela, ou encore par obligation. La Chine, par exemple, accumule les licences dans la cryptographie et les applications de DLT. Le premier plan concerne leur propre cryptomonnaie, égale à la monnaie nationale. Son but est d’ailleurs contraire à celui de Satoshi puisqu’il s’agit de surveillance et de contrôle. Tous les paiements d’une personne pourront être tracés et limités si nécessaire. Les entreprises aussi pourront être surveillées.

Quel sera le rôle de la Suisse?

La Suisse a le potentiel de devenir le centre où la prochaine génération de l’infrastructure des services financiers se construit et où les nouveaux acteurs s’installeront. Mais cela sera possible seulement si elle trouve un équilibre délicat entre une régulation douce et la protection de l’intégrité des marchés financiers. C’est plus facile à dire qu’à faire.

Que doit-il se passer maintenant?

Le cadre légal a besoin d’ajustements et l’approche du régulateur devrait être plus audacieuse. Nous sommes sur le bon chemin. Le Conseil fédéral a publié un rapport sur le cadre légal de la blockchain. Le gouvernement veut faire de la Suisse un centre pour l’innovation de pointe pour les entreprises fintech et blockchain. Le rapport montre que le cadre légal actuel est assez flexible pour accommoder les modèles d’affaires innovants. Le Conseil fédéral suggère des ajustements précis pour des pièces manquantes dans le cadre réglementaire et même l’introduction d’une nouvelle catégorie d’autorisation pour les plateformes d’échange et de trading. Cela montre l’engagement au niveau politique le plus élevé. Cette modification vise à rendre possibles de nouvelles structures pour les actifs numériques et tokenisés. Pour nous, c’est la confirmation que nous avons choisi le meilleur endroit où nous installer.

Quels seront les événements marquants pour l’écosystème de la blockchain en 2019?

Beaucoup de choses vont se passer, trois en particulier. En premier lieu, nous verrons une stabilisation des prix des cryptomonnaies, comme le bitcoin et le tournant du cycle. Je maintiens ma prédiction d’un bitcoin à 100 000 dollars. Ce sera probablement le prix au moment du pic du prochain cycle, d’ici deux à trois ans. Deuxièmement, l’espace sera dominé par les premiers cas d’actifs tokenisés. Ce marché va largement dépasser celui des cryptomonnaies au cours des prochaines années. D’après le WEF, 10% du PIB mondial, soit entre 14 000 et 16 000 milliards de dollars, sera stocké dans la blockchain d’ici à 2027. Nous sommes l’un des premiers acteurs dans ce domaine et notre plateforme sera complètement lancée d’ici au premier trimestre de 2019. Troisièmement, nous voyons des changements dans la manière dont le crowdfunding se fait dans l’espace blockchain. Les ICOs [levées de fonds en échange de jetons, ndlr], qui sont devenues tellement dominantes en 2017, sont en train de changer de forme, et ce, dans deux directions. D’une part, les jetons titrisés d’entreprises vont recevoir plus d’attention puisque l’infrastructure pour leur émission et distribution a été construite. D’autre part, les jetons non titrisés devront avoir une réelle utilité dans leurs applications.

Consultez notre dossier: De la blockchain aux monnaies virtuelles

Publicité