Liam Fox, membre du Parti conservateur et du parlement britannique et secrétaire d’Etat au Commerce de 2016 à 2019 dans le gouvernement de Theresa May, a rejoint mercredi la liste de candidats qui briguent le poste de directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). «Le libre-échange offre des opportunités globales aux populations et leur permet d’élever leur niveau de vie», affirme-t-il dans son message de candidature, soutenue par le gouvernement de Boris Johnson.

«Si nous voulons une OMC active et pertinente, notre tâche est toute tracée: la remettre à jour, la renforcer et la réformer, propose-t-il. Même avant la pandémie du Covid-19, le système commercial était déficient. Les échanges mondiaux et les investissements directs étrangers étaient en baisse. Une telle situation ne peut pas durer.»

Connu en Suisse

D’origine écossaise, médecin généraliste, eurosceptique, il a activement participé à la campagne en faveur du Brexit. Il s’oppose au projet de l’Europe de la défense. Atlantiste, il préfère l’OTAN et le renforcement des relations spéciales entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Cette posture pourrait lui valoir le soutien des Etats-Unis. Liam Fox est connu en Suisse: c’est lui qui avait mené des discussions en vue d’un accord commercial bilatéral après le Brexit.

Lire également: OMC: Huit candidats et un poste de directeur

Si, malgré tout, Bruxelles appuie cette candidature somme toute européenne, Liam Fox fera un sérieux prétendant. Auquel cas l’élection du successeur du Brésilien Roberto Azevêdo, qui a annoncé son départ pour fin août, ressemblerait à celle de Pascal Lamy en 2005. Le Français l’avait emporté face à trois Africains et deux Sud-Américains.

Candidat saoudien

Le candidat britannique n’était pas le seul à se présenter à la dernière heure mercredi. L’Arabie saoudite, qui joue un rôle actif dans la gouvernance mondiale – elle préside le G20 en 2020 – lance Mohammad Maziad al-Tuwaijri dans la course.

Ancien ministre de l’Economie, il occupe à présent le poste de ministre-conseiller en stratégie économique auprès de la cour royale. Diplômé en aéronautique de la King Faisal Air Force Academy (1986) et détenteur d’un MBA de l’Université du Roi-Saoud (1997), Mohammad Maziad al-Tuwaijri siège également au sein de 45 conseils d’administration ou de commissions dans les secteurs privé et public.

Ainsi, ce sont huit candidats, et non six comme nous l’avions écrit dans notre édition du 9 juillet, qui sont en lice pour le poste de directeur de l’OMC. Les autres sont Yoo Myung-hee (Corée du Sud), Abdel-Hamid Mamdouh (Egypte), Amina Mohamed (Kenya), Jesus Seade Kuri (Mexique), Tudor Ulianovschi (Moldavie) et Ngozi Okonjo-Iweala (Nigeria).