Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La réalité augmentée jouera bientôt un rôle essentiel dans notre façon de régler les opérations bancaires.
© Amstein+Walthert

mobile banking

Opérations bancaires 4.0: le papier, c’est pour la déco

Au début il y avait le mot de passe. Puis il y a eu l’empreinte digitale, l’identification de l’iris, la reconnaissance faciale. Le développement continu des smartphones détermine notre façon de régler désormais nos opérations bancaires

L’ère du mobile banking a débuté avec la présentation du premier smartphone. Avant 2007, on effectuait ses opérations bancaires au guichet d’une filiale ou à un bancomat. A vrai dire, l'e-banking existait déjà mais il n’était utilisable que de manière restreinte. De nos jours, on a toujours un smartphone sous la main, de sorte que le guichet bancaire est à la portée d’un simple clic, 24 heures sur 24.

Des mesures de sécurité innovantes

A la différence de l'e-banking, le smartphone propose aussi des mesures de sécurité intelligentes. Il assure l’identification et la vérification de l’utilisateur. Suivant le modèle, il suffit de scanner son empreinte digitale pour accéder aux opérations bancaires. Avec Face ID, la reconnaissance faciale pour identifier l’utilisateur devrait se répandre. C’est déjà le cas en Chine: les clients des banques peuvent saisir de nouveaux bénéficiaires de paiements par un selfie et procéder à des virements.

Avec les progrès de la biométrie, les mots de passe devraient bientôt devenir obsolètes: à l’avenir, chacun de nous sera son propre mot de passe. Des systèmes de reconnaissance vocale et linguistique modernes vérifieront des caractéristiques telles que le rythme, la vitesse, la prononciation de la langue.

Mais la recherche a déjà pris de l’avance. L’analyse de l’iris ou des micro-vaisseaux dans le blanc de l’œil permet une authentification supplémentaire et assure encore davantage de sécurité. Sur certains bancomats fonctionnent déjà des tests avec des scanners 3D qui savent reconnaître de minuscules vaisseaux sanguins uniques dans le doigt. On ne sait pas encore quelle technologie d’identification et de vérification s’imposera, mais une chose est claire: le défi de la protection des données est immense.

Potentiel de la réalité augmentée

Outre l’identification, un autre élément jouera un rôle essentiel: la réalité augmentée (RA). Diverses banques assistent déjà leurs clients à l’aide de la RA dans leur quête de filiales ou de bancomats. D’autres entreprises informent les badauds de passage devant leurs vitrines des offres spéciales de leurs magasins. Les possibilités d’application de la RA sont multiples.

Imaginez: une voiture attire votre regard, votre smartphone saisit le modèle et son prix et vous indique du même coup les diverses options de paiement ou de financement. Vous pouvez conclure l’achat incontinent et le valider de manière biométrique. Il y a dix ans, nous ne nous doutions pas qu’un jour chacun d’entre nous porterait en permanence sa propre banque sur lui. Et, dans dix ans, les opérations bancaires seront encore toutes différentes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)