Si le groupe Orange fait figure de mouton noir parmi les résultats de France Télécom, avec une perte de 6,57 milliards de francs suisses, la filiale helvétique d'Orange a elle aussi grevé les comptes de sa maison mère. Au second semestre, le groupe français a ainsi dû comptabiliser la charge exceptionnelle de 1,264 milliard de francs au titre d'une dépréciation par voie d'amortissement sur l'acquisition d'Orange Suisse. Sa valeur dans les comptes de France Télécom est ainsi passée de 4,624 à 3,36 milliards de francs. L'opérateur suisse a bouclé 2002 dans les chiffres rouges, mais ne chiffre pas le montant de sa perte. «Nous atteindrons les chiffres noirs fin 2004», affirme la porte-parole, Thérèse Wenger.

Le résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA) de l'opérateur s'est monté à 81,7 millions de francs en 2002 (10,5 en 2001), pour un chiffre d'affaires qui a bondi de 18,2% à 1,018 milliard. Le nombre de clients est passé de 925 000 à 963 000 en 2002, mais ce dernier chiffre ne comprend plus les clients de cartes à prépaiement qui n'ont pas téléphoné durant trois mois.

Poursuite de la grève à Bussigny

Enfin, avec un revenu moyen de 1045,45 francs par client en 2002 (917,95 francs en 2001), Orange Suisse fait figure d'excellent élève dans le groupe, surpassant de très loin tous les autres opérateurs mobiles. En effet, ce revenu n'atteint que 491 francs au Danemark, 375 francs au Royaume-Uni et 546 francs en France. De plus, le chiffre d'affaires provenant des services non voix, et donc du transfert de données, a dépassé 10% du chiffre d'affaires total pour Orange Suisse.

A signaler que le mouvement de grève s'est poursuivi hier auprès des employés du site de Bussigny. Les grévistes ont poursuivi la collecte de signatures dans les magasins Orange. Cette pétition, déjà forte de 7000 griffes, sera par la suite remise à la Chancellerie d'Etat.